• 2Minutes de lecture env.
  • 39Lectures récentes
8.5
(2)

Ce soir je suis à nouveau de sortie. Le lustre éclaire la table de sa lumière rougeoyante, le ventilateur est en route, mais pas trop fort pour ne pas m’effrayer. Les hommes transpirent et les femmes se cachent derrière un maquillage trop appuyé. La fumée des cigarettes envahit la pièce, les volutes tournoient autour des visages et des mains. D’ailleurs, certaines sont agiles, d’autres sont tremblantes, ou encore hésitantes…Les voix s’enchaînent, les unes après les autres, accompagnant le ballet qui se déroule sous les yeux des spectateurs. Mes rois sont prêts, fiers et haletants, mes reines sont parées de mille feux, et les valets se préparent à batailler. Vont-ils faire alliance ? Vont-ils succéder à un 10 ou précéder une dame ? Et voilà que la partie commence. Je suis battu, malaxé, écorné, et ça y est enfin je suis distribué. Mon talon est épais. Ma face est fière. Tout le monde est prêt pour la confrontation. Je cache mes visages, le secret est bien gardé. Les yeux ne veulent pas trahir les émotions, la déception ou la joie…Mes équipes sont partagées, telles des soldats vaillants, armés jusqu’aux dents. Certains en rangs serrés, d’autres un peu en désordre, mais tous prêts. Les cœurs, les piques, les trèfles et les carreaux, certains isolés, d’autres réunis, mais tous bien décidés à assurer la suite. Lorsque les joueurs ont décidé que faire de mon talon, se resservir un peu, échanger quelques personnages, lorsque tous ont décidé de jouer franc jeu ou de mentir, lorsque les voix se font plus sûres, je vais enfin dévoiler mon visage. Et le festival commence, le bouquet final, la vérité éclate…Mes as sont battus. Tous séparés, ou trop loin de leur famille…Deux de mes rois, un rouge et un noir, côtoient fièrement trois de mes valets, et ne peuvent s’empêcher de s’exhiber fièrement. Mais lorsque mes 4 reines se dévoilent, ensemble, magnifiques, souriantes, c’est l’explosion de joie dans la pièce, j’exulte, je suis tellement fier ! Vous êtes si belles, je ne peux retenir mes larmes…Tant de combat, tant d’espoir ! Ce soir c’est votre victoire Mesdames, Pallas, Judith, Rachel et Argine, mes biens aimées, vous êtes mes héroïnes et votre serviteur est ce soir le plus heureux des jeux de carte.

Moyenne obtenue : 8.5 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x