• 2Minutes de lecture env.
  • 86Lectures récentes
8
(1)

Il n’est pas question d’Hercule Poirot, le détective au flegme si particulier et au flair infaillible. Ceci étant, le Hercule qui nous intéresse, a un point commun avec ce Poirot. Vous le sentez venir ce point commun ? C’est le flair. Hercule est un fin limier. Le meilleur de ce duc, le duc de Saint Brévois. Il règne en main de maître sur son domaine. À chaque nouvelle conquête, il s’enrichit tant et tant qu’il ne sait quoi faire de cette fortune. Il a donc décidé de l’investir dans un monastère. Quelle gloire de se vanter de posséder son propre monastère. La question qui le taraudait n’était pas son financement, point sans faut, mais son emplacement. Où diable allait-il le faire construire. Son conseiller lui a donc soumis l’idée de laisser faire sa meute. Celle avec laquelle il parcourt la forêt durant ses chasses. Le duc sceptique demanda à son conseiller mais que vont-ils chercher, il n’y a pas de renard ou de faisans à trouver ! Il suffira de-changer votre objectif et orienter vos pensées vers ce que vous décidez de trouver ; l’emplacement de votre monastère. Sitôt dit, sitôt fait, le duc fit venir sa meute ; de toute taille bons lévriers, il leur demanda de trouver ce lieu destiné à son monastère. Toute la meute, sauf un, fila vers la forêt. Le duc a suivi le limier optant pour une autre direction. Quelques centaines de mètres plus loin, le chien s’est couché sur le dos, les pattes en croix. Le duc a compris que son monastère serait là. C’est ainsi qu’Hercule fût nommé membre d’honneur du monastère de Saint Brévois.

 

 

Moyenne obtenue : 8 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x