• 2Minutes de lecture env.
  • 100Lectures récentes
10
(3)

Belle île

Belle île, île de mon cœur.

Tes ailes de papillon s’embrasent

Aux cris puissants des insurgés

Pillés, humiliés, abaissés au rang de rien,

Meurtris, lapidés, dépecés de leurs biens.

Et de plaisirs noirs et mornes

Ton sang s’écoule et je pleure.

Belle île, île de mon cœur.

Ils ont tant joui de Toi

De tes merveilles inventées

Par un certain Colomb et ses orchestrateurs,

Confisquées par de cupides inquisiteurs.

Tu marches sur des morts, Beauté, dont tu te moques,

Ton Être souffre et j’ai mal.

Belle île, île de mon cœur.

Ils ont tout fait pour Toi

Disent-ils.

Subsides savamment détournés

Par d’infaillibles colons fatalement fourvoyés

Dans l’allégresse générale ignorée.

Ton Trésor s’épuise et j’agonise.

Belle île, île de mon cœur.

Ils bavardent sur Toi.

Tes couleurs différentes des leurs, oublient

Tes richesses de cœur importées d’un Ailleurs

Dont tes enfants ont été arrachés.

Ton combat s’enorgueillit et fière je suis.

Belle île, île de mon cœur.

Tu étais libre, hier, dans ton pays d’Afrique

Esclave tu devins de la folie des hommes.

J’étais serf hier dans mon pays la France

Aujourd’hui, les mêmes nous chantent Liberté.

Notre douleur se mêle et j’espère.

Belle île, île de mon cœur.

Toi et Moi ne soyons pas  “les damnés de la terre”(*)

Notre subordination ne saurait s’effacer

De décrets et de Lois fustigés

Par quelques énarques réfractaires à notre hymne commun

Liberté – Egalité – Fraternité.

Belle île, île de mon cœur.

Je suis à tes côtés !

(*) Les damnés de la Terre”, Frantz Fanon – Editions Maspéro, 1961

 

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x