• 2Minutes de lecture env.
  • 52Lectures récentes
10
(2)

Hier il faisait doux, ce matin il fait sec. La météo est une recette à mettre au goût du jour, chaque jour renouvelée. Hier soir en m’endormant, j’ai demandé à l’univers de me guider. Ce choix est compliqué. Alors ce matin, à peine réveillé, j’ai poussé les volets pour mieux entendre. Comme le silence persistait, je me suis assis. Pas un bruit, pas un mouvement. Je ne sais combien de temps je suis resté ainsi, une minute, une heure, un jour. Je savais juste que j’avais besoin d’être là pour guérir. Mon âme perturbée avait cherché à oublier. Mon corps alors avait pris la relève. Pour m’obliger à m’écouter, il a choisi de me faire souffrir. Je devais cesser de vivre dans le déni. Qu’avais-je à comprendre ? Qu’avais-je à apprendre ? Je ne cherchais pas les réponses, je les attendais. Encore fallait-il que j’accepte de les recevoir. Ce matin, je le suis. Au loin, j’ai commencé à deviner un murmure. Un souffle a attiré mon attention. Tout en douceur, venant des profondeurs. Quand un vent violent s’est levé. Je me le suis pris de plein fouet. Il est venu frapper mon front bouillonnant de sa glaceur extrême. Tout mon être s’est alors figé dans la brûlure de sa présence. Un choc d’une telle violence que je n’ai pu que revenir à cette évidence. J’étais en vie et cette vie je lui devais de la vivre. Une feuille s’envola et emporta avec elle le poids de mes peines.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x