• 1Minute de lecture env.
  • 37Lectures récentes
10
(5)

“Par tous les noirs volcans qui martèlent la Terre,”

Et tous les ouragans qui déchirent le monde

Par un ciel menaçant qui jette sa colère

En déluge incessant et que l’orage gronde

Par tous les océans qui dévorent les plaines

Et tous les vents violents qui sèment la terreur

En longs gémissement ils distillent la haine

Et détruisent la vie avec force et rancœur

Par le feu du dieu Râ agressif au zénith

Quand la fournaise alors assoiffe les moissons

Les fontaines tarissent et l’eau devient un mythe

Et le sol se fend pour être au diapason …

… L’homme contemple alors ses actes délétères

Devant ce lourd désastre il espère encore

Il harangue un coupable et son rire est amer

La peur l’envahit devant son triste sort

La nature guérira de ses lourdes blessures

Qui verra reverdir l’herbe folle au lointain ?

Courir les frais ruisseaux ? Danser un clair azur ?

Les vieux arbres ont tremblé mais seront les témoins.

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 5

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

4
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x