• 2Minutes de lecture env.
  • 2Lectures récentes
10
(3)

Ma préférée c’était la robe bleue à fines broderies écrues ; c’était mes débuts, le premier repas au restaurant, celui où leurs yeux, avant même aucun mot, se sont promis tendresse et passion conjuguées. Elle était bien fraîche et jolie, tout lui allait et moi je soulignais avec souplesse la ligne fine de sa taille de guêpe.

J’ai connu des périodes fastes où elle m’emmenait partout et surtout au bureau sur son strict tailleur anthracite que les reflets de mon cuir adoucissait d’une touche ocre-miel. J’ai connu de longues vacances quand bébé s’est annoncé et puis j’ai entendu ses cris de joie quand elle a pu me boucler de nouveau. Au gré des années et de leurs aléas, selon son appétit qui fluctuait au rythme des crises traversées, j’ai été son soutien, son rappel d’un rang à tenir parfois. Mais plus souvent qu’à mon tour je suis restée accrochée dans la penderie à voir défiler la mode, bientôt informe, qu’elle adopta parce qu’il n’était plus là et qu’elle n’avait plus le goût de plaire. Moi les années m’allaient plutôt bien, je me patinais doucement et parfois d’une caresse elle me disait combien les premiers temps que nous avions vécus ensemble lui tenaient toujours à cœur.

Hier, elle a écrit “recyclage” sur des boites qui se sont remplies de toutes sortes de tenues anciennes et puis aujourd’hui, elle m’a pris avec elle, nous sommes sorties en copines faire du shopping. Ses yeux brillaient, comme au restaurant la première fois…

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x