• 3Minutes de lecture env.
  • 20Lectures récentes
10
(1)

La découverte du trésor fit l’effet d’une déflagration dans le village ! Les premiers archéologues arrivés sur les lieux en confirmèrent l’importance historique et potentiellement pécuniaire dans une déclaration rondement menée. Les réseaux sociaux relayèrent l’info illico et une rumeur se mit à enfler comme une montgolfière sous l’effet d’un souffle chaud. Le pactole que pouvait, peut-être, espérer l’inventeur du trésor prenait des zéros supplémentaires au fur et à mesure que les influenceurs à la mode s’emparaient du sujet et participaient à la surenchère devenue généralisée. Un tourbillon de folie prit possession du centre bourg, les commerçants, persuadés de l’arrivée imminente d’une foule captive de nouveauté et de sensationnel, approvisionnèrent en catastrophe leurs établissements. Le cafetier, prévoyant de plus une météo particulièrement clémente voire quasi caniculaire, fit l’acquisition de fûts de bière en quantité telle que sa réserve n’y suffisait plus et qu’il dut stocker l’excédent dans ses appartements au grand dam de son épouse qui ne savait plus où se mettre. “Au pied de cochon” le propriétaire, faisant fi des congés de ses employés, avait réquisitionné tout le personnel pour donner un coup de main en cuisine en prévision des touristes affamés qui allaient débouler sous peu. Le boulanger-pâtissier usa de créativité pour proposer à la vente des douceurs qui avaient si ce n’est la forme des objets découverts du moins des noms fortement évocateurs des richesses trouvées.

Lucien, après avoir tremblé de tout son corps dans un premier temps, s’était souvenu des préceptes de sa grand-mère férue de méditation. Se concentrant sur sa respiration, il avait réussi à calmer son cœur. Porte barricadée, téléphone sur répondeur exclusivement, il réfléchissait à son avenir financier et aussi à sa responsabilité morale. Sa toute petite exploitation agricole, fruit d’une brusque réorientation professionnelle à l’occasion d’une rupture sentimentale sismique, lui permettait de vivre, couvrant tout juste les besoins élémentaires de son existence quotidienne. Son seul luxe était sa passion de toujours pour l’archéologie ; ses recherches sur les civilisations anciennes, en particulier le monde druidique, il les faisait beaucoup par internet, la plus grande bibliothèque du monde, et aussi, à l’occasion, sur des lieux de fouilles où ses amis de fac l’invitaient parfois. Usant de son extraordinaire ingéniosité et de sa grande habileté manuelle, et fort de son implantation en bordure de la forêt de Brocéliande, il avait construit, pour lui seul et par jeu, un lieu secret digne d’une assemblée druidique et riche de multiples objets reconstitués avec minutie. Secret ? plus maintenant…

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

1
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x