• 2Minutes de lecture env.
  • 6Lectures récentes
0
(0)

Douceur et discrétion sont les deux [mamelles] de l’entente

Une caille, querelleuse, belliqueuse en son temps,

Devint un ange de douceur au printemps.

Pourquoi, me direz-vous ce changement ?

Eh bien, figurez-vous, qu’elle rencontra, heureusement,

Sur la route de Memphis, un gorille chanteur, hâbleur et bonimenteur.

Cette caille qui aimait par-dessus tout les mélodies de Johnny,

Tentait, plutôt de gazouiller en sifflant le « pénitencier ».

Alors, vous pensez bien que ce gorille glorifiant « souvenirs, souvenirs »,

« Gabrielle », « Marie » et tout le répertoire, la fit changer de style.

De va-t’en-guerre et terrifiant tout à tire-d’aile, elle devint rock and roll.

Gentillette, mignonnette, elle arrêta de voler pour passer tout son temps,

Sur la fourrure exquise de son ami le gorille, ravit d’être son backeur.

Dans le même endroit de la planète, un geai, discret mais inquiet,

De rencontrer son acolyte le marsupilami qui, de musique en musique,

Chantait « Mon amant de St Jean », « Dans les bras d’un matelot »,

Puis, sans jamais s’arrêter, « Quand on s’promène au bord de l’eau ».

Modeste et pudique, le geai n’osait l’accompagner.

Pourtant, Dieu, qu’il savait chanter !…

Bien sûr, pas le même répertoire. Il voulait toujours s’effacer, sifflant

Des airs de Puccini, Tchaïkovski et Rossini.

Un jour, par un délicieux hasard, marsupilami passa sous le chêne.

Un air discret mais puissant ravit ses oreilles d’un bonheur ineffable.

C’était son compère le geai murmurant telle une chanteuse d’opéra,

La plus belle des odes à l’amitié.

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

1
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x