• 1Minute de lecture env.
  • 51Lectures récentes
10
(3)

Avec ta crinière élastique
je te couvrirai de fleurs
de trois grands coups de stylo bic
je me crèverais le cœur

Mon euphorie de fin Janvier
se calmera dès ce soir
Les pieds et le sourire gelé
La gueule dans l’entonnoir

Je fume ma dernière cigarette
ah je respire encore
la belle torpeur me guette
Elle me griffe le corps

J’aperçois tes yeux fantastiques
Au détour d’un instant
Ils m’ont fait voir Pise et Sepik
Ils me f’ront voir Satan

La vie file en mauvais coton
petite sœur de malheur
comme une araignée au plafond
Comme une drôle d’odeur

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

4
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x