AlgoMuse Éditeur associatif
4.6
(5)

FAUX COUPABLE

l’autre côté de la barrière

Il fallait qu’il paie.

J’éprouve une sensation bizarre. L’atmosphère est étrange, mon esprit est en ébullition, mon sang se glace, mon cœur bat la chamade. Il est là devant-moi, les mains pleines de cadeaux. Il esquisse un sourire mais je ne suis pas dupe. Je le connais mieux qu’il ne se connaît. Nous avons passé ensemble notre enfance, notre adolescence, notre jeunesse, j’avais en lui une totale confiance. C’était un confident, un frère, un ami.

Mais, c’est un Judas. Il m’a trahi. Il a volé de l’argent. Je suis en prison. Il m’a laissé être accusé à sa place.

J’entends le Président du tribunal qui annonce « vous êtes coupable, je vous condamne à 20 ans de prison », la tête me fait mal, mon sang s’est glacé dans mes veines.

Depuis, au fond de moi, une petite voix me disait « il t’a trahi , un jour ou l’autre il reviendra avec le besoin de soulager sa conscience, se faire pardonner.» et le voilà, il est devant moi.

Je suis innocent, personne ne m’a écouté. Je souffle. Je pleure. Je suis anéanti.

Mon dieu, qu’est ce qui m’arrive ?

Je crie : rends l’argent !

Il n’y avait que 10 euros.

J’ai l’impression qu’il sourit. Comment oses-tu ?

Il baisse la tête, avance de quelques pas. Il s’agenouille, gémit, veut demander pardon.

Ah non ce serait trop simple.

Mon corps se raidit. Je ne réfléchis plus, je prends la hache bien en main, mon bras se lève. Le tranchant entaille profondément son crâne.

Du sang gicle partout, sur les murs, les bancs, le carrelage, tout est rouge. C’est horrible.

Je suis mal, je souffle, je voudrais que ça finisse et pourtant, aveuglé, ivre de rage, je relève à nouveau le bras vengeur, mais je le stoppe net, je réalise ce que je viens de faire.

Merde ! je vais en reprendre encore pour 20 ans !

Tétanisé, paralysé, pas le temps de réaliser, d’aller plus loin, j’entends : Oh Marie si tu savais., tout le mal……… c’est Johnny, le radio réveil vient de se déclencher. J’ouvre les yeux.

Je suis dans mon lit. Mon épouse est à côté de moi t. Elle continue de dormir.

Oups ! Quel cauchemar !

Dorénavant, je vais faire attention à la charge émotionnelle journalière et dîner plus légèrement.

Cérémonial du matin, je me dépêche, j’ai une audience à 8 heures.

Je suis juge à la Cour d’Assises.

Cette nuit, je suis passé de l’autre côté de la barrière.

0

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 4.6 / 5. Votants : 5

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?