• 2Minutes de lecture env.
  • 29Lectures récentes
10
(1)

Joseph l’innocent – chapitre 7

Les jours suivant, Joseph arrivait dès qu’il percevait les premières notes de guitare. Balou, moins timide que son maître, avait vite compris les avantages qu’il pouvait retirer de ce groupe de jeunes filles ; quelques friandises l’avaient définitivement conquis. Il se prêtait volontiers au jeu des caresses et distribuait quelques « lêchouilles » pour montrer sa joie. Il était, en quelque sorte, le porte-parole de Joseph en matière d’émotions.
Ce soir, Nanou était avec sa guitare sur le banc. Joseph s’approcha. Il venait de rendre de menus services à ses grands parents. Pépé lui disait souvent avec un bon sourire : « avant de s’amuser, il faut gagner le pain ! », comme il se répétait à lui-même depuis toutes ces années de dur labeur.
Les deux filles, de corvée de cuisine, avaient préparé une soupe aux orties. Une suave odeur s’échappait de la fenêtre et se répandait au-dehors. Puis elles allèrent rassurer la grand’mère :
– « ne vous inquiétez pas si Joseph souhaite rester avec nous ce soir pour la veillée »
Mémé les remercia :
– « depuis qu’il a découvert cette belle musique, mon Joseph semble heureux et calme. C’est un bon et solide montagnard. Il acceptera peut-être de vous accompagner dans vos randonnées. Avec lui et Balou, vous serez en sécurité ».
Tandis qu’elle parlait, elle remplissait, pour leur repas, un panier de picodons, séchés et bleuis dans un pot en grès. Ces petits fromages avaient emprisonné toutes les senteurs des foins mêlés de fleurs et des buissons épineux lorsque Pépé accompagnait ses chèvres par les chemins.
Joseph suivit les filles sans se faire prier dans la salle où crépitait un feu dans la monumentale cheminée en pierre. La soupe et les picodons furent engloutis. Les conversations allaient bon train. Joseph captait tous ces mots familiers qui étaient son quotidien : sentier, montagne, névé, randonnée … Il se sentait bien !
Puis Nanou prit sa guitare. Elle faisait sonner des nuances délicates et puissantes que sans cesse elle affinait. Elle enrichissait les chansons populaires d’improvisations faites de savants arpèges. Joseph, aux anges, aurait pu l’écouter toute la nuit.
Balou somnolait près de la cheminée, l’oreille attentive.
Mais il était temps d’aller dormir pour inventer un nouveau lendemain.

texte complet cliquer ⇒ texte complet

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x