• 1Minute de lecture env.
  • 32Lectures récentes
10
(1)

LA CHOSE

Là-bas vers les grands bois obscurs et violacés,
La Forme se mouvait dans un curieux ballet ;
Substance immatérielle, contours vaporeux,
Au centre un trou béant, profond et lumineux.

La Chose, dans le ciel, sans cesse grossissait,
Dans un calme oppressant, lentement s’avançait.
Un souffle perceptible à notre oreille humaine
Accompagnait L’Engin en sa danse incertaine

Du ciel se détachant en noir, comme un cyprès,
Une antenne oblongue sortit de son sommet
Après avoir émis un feulement bestial
Elle s’évanouit dans un souffle glacial

Nous avions tous perdu cette notion du temps,
Une minute … une heure … ou peut-être cent ans …
Plus rien de rationnel, ni la peur, ni la faim.
La Chose a-t-elle pu changer notre destin ?

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x