• 3Minutes de lecture env.
  • 37Lectures récentes
10
(1)

Chapitre  31-  Le parterre de violettes.

L’hiver est passé très vite cette année. La pension des Mimosas a trouvé son équilibre et les activités vont bon train.

Alors que les premiers rayons du printemps tentent de réchauffer les sols encore gelés,  le  parterre de violettes colore le parc ça et là… 

Violette, elle, a tiré sa révérence.

Étonnamment, la douce et silencieuse femme s’est éteinte dans un grand brouhaha un soir parmi tant d’ autres, juste après le diner.

De mémoire d’Eugène, jamais il ne l’avait tant entendu parler que le soir de sa mort. Une logorrhée verbale telle, qu’il lui était impossible de placer une seule phrase.

Tous les mots qu’elle cherchait  depuis maintenant plusieurs mois, étaient revenus, là,  en bonnes places, pour lui dire le bonheur d’avoir vécu ces journées à ses côtés. Eugène ne pouvait rien répondre, sa douce amie ne laissait aucun silence, comme si le temps était compté. 

Le temps était compté.

Dans un sourire, Violette s’est éteinte. 
Alors seulement,  Eugène a pu parler.

Aujourd’hui, le ciel est nuageux et les formes des nuages alternent en un balai majestueux, comme une dernière danse. 
Victor est triste. Le départ de Violette fait écho et lui rappelle sa mère.  
Son père, lui, semble serein. 
Le  tapis de fleurs et la valse des nuages adoucissent sa peine.

– Tu sais que tu n’es pas obligé de rester là papa. Ton appartement est sans doute encore vacant.

Eugène balaye le parc de son bras: 
-Les moutons, l’arbre à palabres, le kiosque, les résidents, monsieur Karma, les violettes… Pourquoi veux-tu que je me prive de tout ça?Puis il récite dans un demi sourire:

« Le réveil d’une fleur, parure de nos champs
colore les souvenirs, imprègne le présent
Les fragiles violettes occupent mes pensées
Sur un tapis volant, ma belle s’en est allée »

                                 le parterre de Violette – Eugène.

Victor regarde son père avec émotion, pas étonnant qu’il se soit rapproché de Violette, il avait toujours eu un petit côté fleur bleue…puis il sourit en pensant que Sidonie avait  encore une fois raison.

– « Tout a une fin , mon petit Tournesol, sauf  le cours des années. Les jeunes deviennent les vieux qui donnent à la jeunesse l’envie d’être comme eux. 

Rappelle-toi, il faut que la vie cesse quand elle arrive au bout, mais pas avant. Violette a vécu jusqu’au bout sa vie, et nous avons cette grande chance d’en avoir fait partie. »

En voyant son fils esquisser un sourire, Eugène reprend:

– D’ailleurs, il serait malvenu de partir quand les choses commencent à devenir intéressantes.
Ne me dis pas que Sidonie ne t’a encore rien dit!

Précédemment dans «  la fleur de l’âge »😉: https://algomuse.fr/la-fleur-de-lage-chap1-ma-pie/

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x