• 6Minutes de lecture env.
  • 63Lectures récentes
10
(2)

Chapitre 6- N’est pas vulnérable qui veut

A la sortie du commissariat, Victor se  rend directement chez Sidonie. L’appartement surplombe une jolie boulangerie aux chouquettes rondes et dorées – un véritable appel aux gourmets.  Cent grammes devraient suffire…

– Entre dans le salon Victor! J’ai roulé le tapis pour éviter que tu t’y prennes les pieds. Après tout, des deux estropiés que nous sommes, c’est toi le plus amoché! 
Un petit verre de muscat? 
C’est  doux, c’est sucré, bref ça fait très « vieille dame » et du coup ça plait beaucoup à ma fille. 

Le jeune homme s’attendait plutôt à prendre un café avec ses chouquettes mais, en côtoyant Sidonie, il apprendrait  très vite à ne plus s’attendre à rien .

La pièce était charmante, plutôt moderne et colorée. Deux canapés se faisaient face pour allier confort et communication. Victor sut tout de suite qu’ils allaient avoir de belles discussions autour de cette table basse, sur laquelle étaient posés un jeux d’échec et des cahiers de mandalas à colorier qu’il s’empressa de feuilleter.

– L’art thérapie, Victor…
Encore une de ces méthodes très à la mode pour apprendre à vivre. 
Depuis que mon défunt mari a quitté ce monde, ma fille m’inonde de ce genre de cahiers, comme s’il s’agissait  d’un remède efficace contre la solitude et que dans le fin fond d’une case à colorier je retrouverais les réminiscences d’un temps heureux passé….

Donne moi une petite minute, j’ai plus intéressant à te montrer. Sidonie, souriante, se lève, alerte et boitillante.

Accolée au mur de l’entrée, une grande bibliothèque  arborait des livres de toutes tailles et de tous styles : science-fiction, classique, cuisine thaï et manuels scolaires. L’ensemble était classé par couleur de tranches. Les bandes dessinées côtoyaient le dictionnaire, et les versets de Salman Rushdi côtoyait Le chat de Gulluck.

Sidonie en extirpe un petit livre plat qu’elle se met à agiter sous le menton de Victor: 
– « la physique cantique pour les nuls »

– Euh…. 

– Oui je sais. Ne prends pas cet air contrit. Avoue que c’est drôle!  J’imagine que le coté « cantique » correspond mieux aux femmes de mon âge que le coté « quantique »…  Quand j’ai trouvé ça aux puces, il y a quelques années, je n’ai pas résisté. C’est  finalement une belle approche décalée de ta science non?

Victor avait repris son air concentré et quelque peu abstrait. 
– oui… enfin, si on veut. Quitte à jouer sur les mots, la physique kantienne eut été aussi intéressante… La physique rejoint ainsi la méta-physique de la connaissance.

– Ouh la, ouh la, comme tu y vas Tournesol! 
Moi je ne parlais que de jeu de mots et de quelques bases de vulgarisation de ta science… 
Bon assez travaillé ,  raconte-moi un peu cette histoire de commissariat. As-tu fait connaissance avec mon a-do-ra-ble fille? Sidonie avait appuyé sur chaque syllabe en arborant son sourire moqueur où pointait une tendresse évidente.

Tandis que Victor lui raconte par le menu sa visite au commissariat, les yeux de Sidonie pétillent d’un mélange de malice et d’agacement. Sibylle lui avait bien envoyée un texto pour la prévenir du peu d’expérience de son « aide ménagère » , mais elle ne s’attendait tout de même pas à ce que sa fille en arrive à user de sa position hiérarchique pour tenter de dissuader Victor.

– Elle t’a vraiment dit que j’étais une vieille dame agitée?  Voilà un diktat de plus contre lequel je vais me battre!  Tu veux que je te dise Tournesol,  ce qui gêne ma fille comme de nombreux  autres bien pensants de cette société?

C’est que les vieux ne sont plus ce qu’ils étaient ! 

Du coup, les jeunes ne reconnaissent plus en la personne âgée actuelle, le « vieux » tel qu’il existe dans leur imaginaire collectif. Ils le voudraient sage et si possible un peu flétri, aigri et vulnérable. C’est la raison pour laquelle, ils s’efforcent obstinément à le faire correspondre  à cette image!

Sauf qu’en ce qui me concerne, à force de colorier sagement des mandalas, j’ai retrouvé mon envie de vivre, de rire, de m’amuser , d’apprendre… et surtout, surtout, je me fiche du « qu’en dira t’on », mon cher Tournesol!

– Ta fille s’inquiète pour toi. Ce n’est pas méchant. Elle sait que tu as traversé des moments difficiles et veut juste te préserver. 

– Tiens tiens… elle t’a briefé, je vois.   Crois-tu qu’elle ait pour autant le droit de freiner mon élan de vie?
La vie vous change c’est vrai, et certaines personnes sont plus marquées que d’autres, mais les jeunes, eux, tu vois, ils sont blasés avant d’avoir commencé!

Je ne veux pas monter deux camps face à face, mais regardez-vous, vous les jeunes!

Sais-tu réparer les tuyaux? Aller faire tes courses en vélo? Jardiner ou encore préparer ton pique-nique plutôt que de l’acheter tout fait? 

Non. Parce que tu es jeune! 
Le jeune dépend des autres plus que jamais, car il  ne sait plus faire ou ne veut plus rien faire de ses dix doigts et malgré cette dépendance de l’autre , étonnamment, il est seul, car seule l’image que l’autre lui renvoie de lui-même l’intéresse.

Moi je crois au contact, aux rencontres, aux aléas de la vie et à la fraternité .

– Waouh.. c’est un portrait un peu dur de la jeunesse. Même si j’avoue qu’il y a du vrai. Je veux dire… Je ne fais pas mes courses en vélo.

– Voilà… et c’est pour cela que je ne crois ni à  la vieillesse ni  à la jeunesse.  Je crois juste à la vulnérabilité de chacun .
N’est pas vulnérable qui veut, mon cher Tournesol! 
Pour cette raison, je ne vais pas me laisser imposer un diktat de plus!
Ça me fait penser…on est bien jeudi non?

– oui

– Parfait, c’est le jour de la MC!!!

– La Master Classe?

– Non, la Main Courante… On va déposer une main courante au commissariat et aujourd’hui ce sera encore plus intéressant que les fois précédentes. Car nous porterons plainte pour « abus de pouvoir des autorités! » Et selon l’humeur de la patronne, on ira peut être bien jusqu’à  en déposer une seconde pour exhibition de croûtes à l’hôpital Vaugirard!

Victor n’en revient pas. Cette femme est effectivement un peu agitée mais tellement délicieuse, qu’il ne saurait lui refuser de retourner au commissariat. 

A vrai dire, il n’est pas mécontent de s’approcher de nouveau  de l’uranium. Quitte à risquer la fission…

https://algomuse.fr/la-fleur-de-lage-chap5-ma-pie/

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x