• 2Minutes de lecture env.
  • 39Lectures récentes
10
(4)

Jean arrosait ses scaroles et ses feuilles de chêne lorsqu’Emma apparut derrière le portillon en bois. Il lui fit un grand signe amical et elle s’approcha timide et songeuse comme à son habitude. Ses cheveux détressés qui encadraient la finesse de ses traits renvoyait l’image d’un elfe, une “Mari Vorgan” revenue des abysses sous-marins. Elle se détendit en pénétrant dans le potager et en foulant les allées qui séparaient les carrés de simples des semis de carottes et de courges. Jean l’accueillit avec la simplicité d’un sourire qui n’attendait rien en retour.
  – Je termine d’arroser les salades et ensuite nous nous occuperons des cueillettes.
  – Merci de m’accueillir, je m’appelle Emma.
  – Moi c’est Jean, je vis ici depuis vingt ans maintenant. Ce potager c’est ma fierté et ma boussole. Lorsque j’ai posé mes valises sur ce petit bout de côte,  je ne connaissais rien à la terre mais elle m’a tout appris, la patience, le renoncement, la générosité, elle m’a appris la vie.
   Emma buvait les paroles de Jean et restait silencieuse perdue à l’intérieur d’elle-même.
   Elle s’accroupit pour cueillir les courgettes et les aubergines, garda longtemps en main la rondeur des tomates vermeil puis s’éclaircit la voix et se lança :
  – Voilà six semaines que je vis ici ; officiellement je suis en convalescence après une mononucléose, mais j’aimerais m’installer définitivement dans la maison. J’ai besoin d’espace, de temps, de silence et de solitude. J’ai besoin de faire des recherches pour comprendre mon histoire familiale. La voix d’Emma se brisa et elle se retrancha à nouveau en elle.
   Jean, attentif et amical lui tendit une main terreuse, elle la serra longuement et laissa quelques larmes perler sur ses joues.
   Emplie de la sollicitude de Jean autant que son panier l’était de légumes primeurs, Emma rentra chez elle et enfila son tablier de coton jaune. Elle savait l’alchimie qui fait de quelques légumes un mets délicieux. Elle possédait cet art de l’hypothèse, cette magie de la synthèse qui faisait d’elle une cuisinière hors pair, une écrivaine publique concise et efficace. Elle souriait en préparant un tian de courgettes aux herbes fraîches. 

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

7
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x