• 1Minute de lecture env.
  • 45Lectures récentes
9.5
(2)

Alphonse, bedeau de son état, tenait enfin sa revanche: le vieux notaire mesquin venait de décéder.

Dans la soirée de dimanche, de vie à trépas il était passé, après que les bougies de sa femme aient été dûment soufflées.

Ce sagouin-là l’avait autrefois bien plumé et comme bouquet final lui avait envoyé les huissiers.

Oui, sa vengeance,  Alphonse ne l’avait pas volée: les cloches de l’enterrement il allait pouvoir sonner!

Seulement voilà, en retard il s’était réveillé.

Enfilant en toute hâte chemise, costume et cravate puis laçant ses souliers, nerveusement, sans cesse il répétait: “Je suis à la bourre, je suis à la bourre, sa femme va me tuer, pas le temps de passer aux PFG!”.

Quand sur le lieu lui-même il fût arrivé, les marches une à une il dût fort vite escalader. 

À l’entrée de l’église la cougar toute droite se tenait, très crânement vêtue d’un tailleur gris bon marché.

De la saluer il fût vite découragé car d’une façon glaciale elle l’avait dévisagé.

“Halte-là, mon brave, sans fleurs ni couronne, vous ne pourrez pas entrer!”

Mais où donc était monsieur le curé?

Moyenne obtenue : 9.5 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

4
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x