• 1Minute de lecture env.
  • 40Lectures récentes
10
(1)

La violence

Un ballet lumineux perçait l’obscurité,
En tourbillons subtils, dans cette nuit d’été,
Trois formes ondulaient et parfois se fondaient,
De légers pans de soie, dans la brise, flottaient
Et les passants n’étaient, au loin, sur les quais sombres,
Que des zombies errants, s’agglutinant en nombre,
Pris de curiosité pour la présence étrange,
Prêts à se quereller, de peur qu’on les dérange.
Les radieuses volutes ignoraient le danger,
Et la foule avançait, fougueuse, en rangs serrés.
Le rythme, tout là-bas, accélérait sans cesse,
Infernal tempo menant jusqu’à l’ivresse.
Et tous les gens hurlaient, et, le poing en avant
Ils gagnaient du terrain, violents et menaçants,
On eût dit ces corbeaux de très mauvaise augure,
De féroces oiseaux, perchés sur leur pâture,
Prêts à déchiqueter leurs malheureuses proies,
Sans pitié, sans remord, leur cruauté est loi.
Mais la forme, soudain, s’évapora dans l’air ;
Dans leur médiocrité, ceux-là s’en retournèrent.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x