• 1Minute de lecture env.
  • 22Lectures récentes
10
(3)

Dans le salon privé, aux ors un peu désuet où autrefois venaient  converser quelques grands, l’entre-soi est de mise, et la mise convenue.

Les hommes, vins bus, livres lus, imbus d’eux-même … se plaisent à penser qu’ils ont la liberté de pouvoir tout dire, voire même d’intéresser.

Ils  s’écoutent parler.   S’obstinant à user de concepts qui leur sont étrangers mais qu’ils ont apprécié de pouvoir énoncer sans  même les comprendre. Ils assènent leurs préjugés, s’encensent et congratulent de « bons mots » les paroles de leurs pairs.

Suffisamment  éméchés pour ne plus s’arrêter, ils brodent, exagèrent, puis viennent à digresser… le vin aidant et le peu de culture épuisée.

La teneur des propos s’épaissit au fil des heures. 

D’ailleurs ils ne s’écoutent plus et laissent s’échapper sans plus de retenue que des fonds de pensées. 

Déversoir nécessaire de leur fin de semaine, le salon feutré est à présent bondé d’hommes ivres, fatigués. 
Quand le cercle est fermé, que la boucle est bouclée, 
l’entre-soi est de mise mais la bonne mise n’est plus.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x