• 3Minutes de lecture env.
  • 26Lectures récentes
10
(1)

Le gens
Non, non, ne corrigez pas mon titre !

Je sais bien que gens est un nom masculin pluriel. Je l’utilise ainsi parce qu’il appartient au langage enfantin. Vous savez “la vérité sort de la bouche des enfants” !
La question de savoir pourquoi il mettait ce nom au singulier m’apparaissait rigolo et mignon. Puis, en grandissant, l’ado s’entête à l’exprimer ainsi, sauf dans les écrits qu’il rend aux professeurs.
De ce mot, dans ma tête, sont nées mille et une réflexions. Au fil du temps, des âges qui grimpent marche à marche vers l’éternité, ce mot m’interpellait.
Les gens, groupe de personnes. Ecrire sur eux, en parler ou vouloir les mettre dans un pot commun m’apparut, au fil des ans, de plus en plus difficile.
Le gens demeure celui qui est unique. Ce singulier me plait.
Ce gens qui possède son libre arbitre, ce gens dont l’éducation, le cursus scolaire, universitaire ou d’apprentissage de nobles métiers manuels, évoluera différemment selon sa culture, ses traditions, ses centres d’intérêts.
Le résumer à un groupe me paraît compliqué, voire dommageable pour lui et ses semblables. Bien-sûr il existe quantité de synonymes à employer au singulier. Ayez la curiosité de les chercher dans un dictionnaire et vous trouverez : Singulier Syn. : anormal, bizarre, curieux, drôle, étrange, etc.
Alors, vous comprendrez ma démarche !
Prenez l’exemple d’une personne dont l’éducation n’a pas appris le respect des Lois qui conduit sans permis et sans assurance. D’un ou d’une autre dont la famille n’a pas su, pas pu, pas voulu, lui inculquer le respect de soi-même et des autres. D’autres encore vivant en se contemplant le nombril, les “seuls au monde” !…Une encyclopédie de cinq tomes pas moins, pourrait en traiter tous les aspects sans que la liste soit exhaustive tant l’individualité placée bien en vue, trône à la place d’honneur de nos sociétés dites développées. Au souffle de leur bouches un parfum d’ambroisie.
Coup de gueule ? Sans doute bien que je me sois assagie au fil des saisons qui s’envolent et franchissent les barrières de l’esprit qui se voudrait immortel.
Un autre groupe de personnes que nous pourrions nommer “les gens de la famille X ou Y “. Beaucoup s’en targue, se flatte d’y appartenir. Famille d’aïeuls et progénitures, de sportifs, d’acteurs, chanteurs, écrivains, philosophes, scientifiques, psychanalystes, etc.
Que de familles de gens tournent et gigotent alentour pour la seule gloire d’exister !…
Pourtant et heureusement, certains consacrent leur vie, loin de la gloire et de la renommée, travaillent avec une conscience élevée et abnégation pour le bien commun.
Ah, cet adjectif “commun” !… [Syn. : collectif, général, public, groupe, société, confrérie], …. Ce gens qui adhère à la communauté, au collectif, quelque soit la branche, discipline, secteur ou spécialité, ce gens là, comme je l’aime !…
Prenez l’exemple d’une famille passionnée par un intérêt commun qui a l’habitude de côtoyer même de très très loin d’autres membres (*) et s’aperçoit, qu’un des leurs est absent depuis quelques jours, qui s’en inquiète et le contacte. Mesurez-vous l’immensité de son geste ? L’humanité de ce gens; le seul de cette tribu à demeurer en veille du bien-être de la collectivité. Ce gens, ce fleuve qui coule aux quatre points cardinaux, cette belle personne nous donne une leçon de vie.
A ce gens, merci !

(*) [membre n.m. : Chacun des éléments constitutifs qui composent …. – Syn. : adhérent, affilié, inscrit, sociétaire]

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

1
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x