AlgoMuse Éditeur associatif
4.7
(9)

Aujourd’hui j’ai mené mon loup aux bains.
J’avais un peu peur qu’on ne le laissât point entrer,
Avec toutes ses taches rouges sur son pelage blanc !…
J’ai fait comme d’habitude, je suis resté à l’entrée et l’ai laissé aller…
Il a horreur d’être materné…

Il s’approche du comptoir, fier et droit sur ses arrières pattes,
Un charmante hôtesse lève les yeux sur lui, et…
— Oh ! Mon Seigneur, mais que vous est-il arrivé ?!
— Oh, ce n’est rien, juste un buisson ardent, vous savez… Me laisserez-vous me baigner ?
La jeune hôtesse prend alors un air désolé…

Pouvait-elle le laisser se baigner ?
Avec toutes ces taches de sang sur son pelage blanc ?

Les enfants n’allaient-ils pas prendre peur ?
Les parents n’allaient-ils pas faire clameur !?
Les agents n’allaient-ils pas…
Il lui fallait appeler sa Supérieure !

— Oh Mon Seigneur, c’est que je ne sais pas… Je vais demander. Ne bougez pas…
Elle n’eut pas même le temps de se volatiliser, comme seules savent faire les fées, que la Supérieure sortit d’une explosion d’étoiles toutes plus brillantes les unes que les autres !…
Il en résulta un joli petit nuage bleu, couvert d’or, sur lequel elle se tenait, assise en tailleur…
— J’ai tout entendu… Je vais décider…
Elle observa le loup, de la tête aux pattes…
— Évidemment, ce n’est pas gagné… C’est une grande responsabilité… et j’hésite lourdement…
— Peut-être pourrais-je vous aider ? Vous savez comme je suis bon prince…, lui répondit mon loup tout attristé.

Elle sortit un grand livre du petit nuage, qu’elle ouvrit à la page des “autorisations spéciales”… C’était le Règlement !
— Je vois bien ici quelque chose qui pourrait nous aider si vous acceptiez de vous y prêter… Et comme c’est vous qui le proposez… Regardez : …blablabla… dans cas… exiger… patte blanche… et poème en prose.
Oh, pour la prose, je ne suis pas inquiète, on vous connaît ici Messire… Mais pour la patte, vous en reste-t-il au moins une qui soit blanche ?
Mon loup regarda la première, pas de chance ; la deuxième, hélas… Ni la troisième ni la quatrième ne suffirent à la peine… Il était condamné.
Il s’apprêtait à partir, la queue entre les pattes…, quand soudain le tonnerre éclata !
La lumière vacilla ! Des éclairs jaillirent de partout dans le hall d’entrée !

Des vagues immenses se formèrent tout à coup sur la piscine, menaçant même de s’approcher… du coin des bébés !
La jeune hôtesse était terrorisée…
La Supérieure avait disparu dans son petit nuage devenu tout gris, tout gris…
Mon loup, quant à lui, remarqua à peine le chaos tant il était contrit de se voir refusé…
Et puis, je peux bien vous le dire car nous sommes entre amis, il en a vu d’autres d’ouragans, mon loup…
De celui-ci pourtant, quelque chose émergea… Une sorte d’esprit, qui prit la forme d’un visage de fée diabolique…

C’était la fée Directrice !
— Aaah ! Mais…SSss…est qu’on m’a beaucoup parlé de vous… Messsire….! MôôA ! Je peux… non ssss…seulement désssiider, mais… imposer ! Alors bien sss…ûr, si votre prose célébrait ma bonté tout autant que ma beauté…

Chers ami-e-s écrivain-e-s, vous connaîtrez bientôt suffisamment mon loup pour savoir que dans telle situation, il aura… cédé ! C’est plus fort que lui décidément… Non content d’être écorché, le voilà qui maintenant va s’électrocuter ! Et moi, dans tout cela ? Et bien moi je suis son nègre pardi ! Cette prose, et tout le reste, c’est moi qui les écrit !

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 4.7 / 5. Votants : 9

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?