• 3Minutes de lecture env.
  • 59Lectures récentes
0
(0)

Il était une fois un chevreuil nommé Burrame dont la vaillance était légendaire au sein de la forêt de Lebyxe. Guère grand mais fort agile et rapide Il avait auprès des habitants du lieu la réputation d’un vrai prince des bois. Soucieux de tranquillité et d’harmonie il réglait les conflits entre les uns et les autres avec une diplomatie très avisée. Il avait acquis au sein de sa propre harde la stature d’un chef bienveillant que chacun saluait avec reconnaissance.

Burarngum, grand cerf rouge avait récemment conquis de haute lutte la domination en son clan après des combats fracassants contre des prétendants présomptueux. Il considérait depuis que la soumission de tout le peuple forestier lui était due et il empiétait sur l’espace vital des petits animaux sans souci de leur bien-être. La sage Chouette proposa à Burrame de se rendre en délégation auprès de ce prétendu roi pour parlementer et trouver un accord afin que la vie redevienne agréable et belle pour tous. Mais Burarngum refusa tout net de les recevoir ne pouvant imaginer se voir dicter une quelconque conduite.
Quand l’hiver arriva la situation avait empiré car les cerfs, entrainés par leur tyrannique chef, avaient considérablement pillé les réserves de nourriture. Le froid était là et la neige se mit à tomber…

Burrame faisait une tournée d’inspection des terriers et cachettes diverses pour s’assurer de la survie de chacun quand il vit se poser au cœur d’une clairière un étrange équipage apparemment tombé du ciel : un traîneau tiré par deux beaux rennes et conduit par un vieil homme barbu qui semblait bien en peine.

– L’un de mes rennes est malade, répondit-il au chevreuil qui s’enquérait de ses soucis, il n’a plus la force de voler, comment vais-je faire ma tournée avec un seul moteur ?
Burrame pouffa de rire malgré le tragique de la situation, puis lui vint une idée.

– Sauriez-vous faire voler des chevreuils en remplacement ? Mes amis et moi sommes prêts à vous aider mais nous ne pratiquons pas le vol attelé.

– Mais bien sûr, voilà une lumineuse inspiration, dit le Père Noël retrouvant le sourire.

Le soir de Noël, quand Burarngum aperçut au milieu du ciel étoilé un traineau tiré par quatre chevreuils entrainés par un renne il crut d’abord voir un mirage puis comprit l’intérêt de s’allier à un si précieux voisin. Il décida sur le champ de changer d’attitude à l’égard de Burrame et de ses amis et de participer à une vie bonne pour tous.
Quel meilleur moment que Noël pour réaliser l’inattendu de la Paix ?

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x