• 1Minute de lecture env.
  • 5Lectures récentes
10
(1)

Quand il sort pour rêver, et qu’il erre incertain,
Quand du port éloigné, la misère le rejoint,
Dans ces faubourgs maudits où son odeur pourrie
De ses atours exquis l’enivre à la folie ;

Quand la lune se fait du crime la complice,
Et Saturne, le deus otiosus du Vice !
Quand l’espoir se noie, quand la rage tue la vie,
Quand l’argent est sa lie, et l’opprobre est bannie,

À bout de souffle il court et dans ton lit… se couche.

C’est Toi, Ô Toi vierge mille fois violée,
C’est Toi, et Toi seule qui sauras lui parler,
L’apaiser, le bercer, lui rendre l’espérance ;
C’est Toi qui lui diras Ô combien sa Souffrance,

Hypocrite vermine achetée à vil prix
Dans un supermarché, ne saurait, par dépit,
Justifier de se nier, justifier de se tuer.
C’est à Toi, toi qui l’aimes… à le ressusciter !

Mais fatiguée tu sourds, et dans ton lit… te couches.

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x