• 1minute de lecture
9.1
(8)

Déjà, à l’horizon, le ciel s’habille en rose

La ville est endormie et les portes sont closes ;

L’heure est aux confidences et à la volupté

Des amours interdites savamment cachées.

« Les persiennes, abri des secrètes luxures »,

Ne laissent deviner que des formes obscures

Qui dansent sous l’effet de la pâle lumière

Distillée dans la nuit par de lourds réverbères.

Chuchotements, soupirs, traînent parfois dans l’air

C’est le chant des amants, doux comme une prière.

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 9.1 / 10. Nombre de votes : 8

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x