• 2Minutes de lecture env.
  • 24Lectures récentes
9.5
(4)

Ce matin Véronique a sorti sa nouvelle machine à coudre Singer
Tissus, fils, boutons, laine, ciseaux attendent d’une silhouette altière :
Alignés sur la table ils se demandent lequel sera utilisé le premier ?
Pour confectionner la magnifique poupée dont le patron est coupé

Avec une incroyable rapidité, la couturière se décide enfin :
Anabelle doit danser et rire ce soir dans ses mains
Tissus, fils, boutons, laine, ciseaux n’ont pas le temps de réagir
D’un geste frénétique, Véronique les fait tressaillir

Dans un coton liberty rose pâle, les ciseaux découpent le tissu
Grâce au fil inséré dans la machine, un ourlet est cousu
Les deux pièces de la poupée doublées de lin sont assemblées bord à bord
Une légère ouverture sur le côté permet de la retourner sans effort

Véronique doit rembourrer de ouate la future Anabelle
Avant de dessiner au point de tige son nez sa bouche sensuelle.
De longs brins de laine marrons tressés avec application
Seront cousus délicatement sur son petit crâne mignon

Deux petits boutons noirs bombés pour ses yeux pétillants
D’une malice innocente viendront finaliser la poupée de Galante
Sans oublier les cils recourbés dessinés au crayon
Et les pommettes rosies d’un fusain poudré de bonbon

Me voici terminée je vais pouvoir me laisser câliner
Dans des bras potelés chaleureux qui sauront me bercer
Comme me l’a assuré Véronique lors de ma conception
Galante, sa petite fille, m’attend avec une grande excitation

Posée sur le fauteuil j’admire les lantanas de ma robe rose dragée
J’offre mon beau sourire magenta minutieusement brodé
Et … ma plus grande fierté : mon petit nez retroussé
La petite fille de Véronique pourra ainsi me cajoler

L’impatience de la rencontrer me gagne, je trépigne
Sur le velours rouge de mon siège, je m’indigne
Ou est-elle ? Quand vient-elle ? Que fait-elle ?
Enfin j’entends son pas se rapprocher : je me fais belle !

Elle m’attrape de ses mains poisseuses sans aucune précaution
Je voltige dans les airs et me retrouve à ma grande stupéfaction
Projetée contre le mur de crépis rustique jaunâtre et rugueux
Au fond du salon : Ma robe se déchire dans un cri affreux !

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 9.5 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

6
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x