• 2Minutes de lecture env.
  • 30Lectures récentes
10
(1)

Moi

«Ne trouvez-vous pas souvent lassante la compagnie perpétuelle de cet être que chacun de nous appelle « Moi » ?»
De vie à trépas, ce Moi coagule bleues, blanches, grises, noires, vertes pensées.
S’insinue, se glisse sans invitation, s’arroge des droits fondamentaux, suggère le bon, le mauvais, se mêle, s’en va,
Puis revient en force jusqu’au jour où  l’Homme évite ses approches.
Se déroule, se délie, libère sa belle maxime, rêve, philosophie, étudie, observe les oscillations d’un pendule,
A droite, tourne la vérité, à gauche le mensonge, tout droit, le ni oui ni non, statique le néant.
As de pique, roi de trèfle, dame de cœur, le Marseillais, Belline s’en mêlent.
Le Moi perdu ne sait que choisir  entre trois horreurs. Querelles intestines, objectivité ou laisser aller,
Le tourment du Moi s’amplifie, dramatise la réalité, se cogne, se cache, s’interroge, se palpe, démissionne.
L’analyste transactionnelle l’accompagne. Parent – Adulte – Enfant. Le P.A.E. élève ses réflexions,
Laisse poindre des solutions. Autoritaire le Parent oriente, l’Adulte objective, l’Enfant fait des ronds d’avion.
Fantasmes, chimères, obsessions, hypothèses, directions, le Moi s’installent. Victorieux !
Vainqueurs d’une lutte acharnée contre les querelles des propos où chacun tire à boulets rouges.
Moi, décide, Moi, dirige, Moi s’apaise et s’épanouie. La vie reprends ses droits. La peur a disparue.

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x