• 1Minute de lecture env.
  • 46Lectures récentes
10
(2)

Le long des chariots où les leurs sont blottis,
Les aïeuls se souviennent des veillées de leur enfance
Le soleil, le soir, ruisselant et superbe
Appelait chacun à rentrer pour se retrouver
Le lotus parfumé ravive la mémoire
C’est ici qu’on vendangeait le jour
Ce jour où je t’ai vu et tu m’as plu
J’entends encore ton rire trempé de pleurs
De ceux qu’on ne voit pas mais qu’on ressent
Je t’ai pris dans mes bras pour te consoler
Juste te rassurer, te dire que je suis là
Et on s’est aimé de cet amour éternel
Depuis ce soir-là, le soleil n’a cessé de ruisseler
De sa lumière, de sa chaleur, de l’amour de mon cœurs.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

4
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x