• 3Minutes de lecture env.
  • 64Lectures récentes
0
(0)

Règlement de comptes ?

Chère mère,

Cela fait bien longtemps que nous n’avons pas échangé.

Ma dernière lettre date de six mois. Sans réponse !…

Si tu avais accepté que je t’installe Internet, sans doute serais-tu moins isolée. Quoi que !…
J’espère que tu vas comme tu veux ! (?…).

Je me demandais si tu passais toujours tes journées et nuits devant la télévision. Alors, peut-être as-tu vu le film « Fish Tank » racontant la vie d’une jeune ado de 15 ans ; film tourné dans une banlieue de Londres ?

Très marquée par l’histoire, j’ai désiré  t’en parler par voie postale. Et, si tu trouvais le temps ou l’envie, peut-être auras-tu le réflexe de le regarder ou me répondre ?…

Génial, violent, émouvant, le film « Fish Tank » rassemble, en 124 minutes, toutes les carences, faiblesses, pire, tous les vices de certains de nos semblables.

Andréa Arnold a réalisé ce chef-d’œuvre britannique en 2009, couronné du prix du jury au Festival de Cannes. Mia, l’actrice principale, est jouée magistralement par Katie Jarvis.

T’inquiète, loin de moi, l’idée d’en faire la critique, d’autres l’ont fait.

Pendant le générique de fin, en larmes, je me suis souvenue d’une phrase de Blaise Pascal «Le vice nous est naturel ». Et, tout, dans cette admirable production, tenterait à valider cette pensée.

Toi, l’ancien prof., tu t’en souviens certainement : [Pascal niait toute certitude logique absolue, s’interroge sur la nature de l’homme, sa destinée, et en vient à conclure que la religion seule peut lui venir en aide,…, faire appel à la raison est sans effet,…, attendre la grâce…] (Larousse).

Cette dernière affirmation de Pascal m’a poussée à faire un parallèle entre Mia, sa mère, sa petite sœur et nous.

Dans sa famille monoparentale, on ne se parle pas, on s’invective. Les injures, la vulgarité, le mépris, l’insolence, les insultes permanentes sont le seul mode d’expression verbale, quand ces mots ne suffisent pas la violence physique légère mais présente remplace les mots. Lorsque la rage de ces mots atteint son summum, il ne reste que la fuite vers d’autres brutalités.

Mia est passionnée de danse hip hop, je doute que tu connaisses !… Bref !… Ses seuls moments de paix intérieure sont ceux qu’elle s’accorde en musique et mouvements lascifs, coordonnés et de plus en plus techniques.

Je t’imagine bondir, voire, déchirer ma lettre !… Bien sûr, je ne compare pas leurs relations aux nôtres. Nous n’étions pas dans le grossier. Nous étions dans le non-dit, le suggestif, le subliminal, la culpabilité, la manipulation, en fait, dans la perversion !

Je ne vais pas te spolier (te raconter l’histoire !…). Sache seulement que cette famille, à elle seule, regroupe tout ce que certains, comme toi j’imagine, nommeraient la vie des bas-fonds.

Et, pourtant !…

Je t’invite vraiment à regarder ce film. Si tu pleures pendant la dernière scène c’est que Pascal avait grandement tort en prétendant que [faire appel à la raison est sans effet]. Pour moi, dans raison, il y a sentiments, émotions ! En revanche, selon lui il fallait attendre la grâce. La grâce n’ayant, pour lui, et que pour origine la foi chrétienne.

Ce que je sais, à quarante ans, après une longue, très longue psychanalyse, c’est que ce sont les beaux mots, la danse, la musique, la peinture,…, en un mot l’art et sa beauté, qui, a lui seul peut sauver de l’ignorance. La dernière séquence de ce film le prouve. La haine, la détestation, l’inculturation, sont remplacées par la danse qui autorise, sur une musique bouleversante, le rapprochement affectueux des corps et les mots d’amour non prononcés mais tellement forts !

Tu sais que tu peux AUSSI me téléphoner ou venir me visiter !
A bientôt donc.
Je t’embrasse

Ta fille !…

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x