• 1Minute de lecture env.
  • 43Lectures récentes
10
(1)

Il me paraît tellement moins grand bien qu’inchangé
Je revois l’enfant paralysée par les sanglots étranglés
Qui, le long des grands murs de l’hospice blafard
Avançait en essayant de se souvenir de ta voix
Quand tu disais : la vie nous enseigne à rire de nous,
Alors, ris, souris, chantes, fredonnes, cries, danses,
Laisses ton corps s’exprimer, laisses ton âme errer,
Ainsi, elle ravale l’écume de sa haine.

Mais rien dans mon corps ne pouvait vivre,
Il était muet, statique, aussi livide que vide.
Je savais que je devrais vivre déjà morte
Une évidence qui s’est fait jour quand je t’ai vue,
Comme au théâtre où des coulisses je t’observais,
Tu as tout orchestré, le scénario et le décor,
Une lampe qui fait jour sur une tâche rouge
Tu disais que c’était la couleur de la vie,
Tu la déposais sur tes lèvres pour cacher leur pâleur.
Pour moi, le rouge restera la couleur de ta mort.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x