AlgoMuse Éditeur associatif
4
(1)

Lorsque que je l’avais vue sur l’étagère de l’Emmaüs, tout illuminée du seul rayon de soleil qui parvenait à s’introduire dans le hangar des chiffonniers, j’avais été comme par magie guidée vers elle par une force occulte; tout s’était passé comme s’il avait été écrit, dans le grand livre de la vie, que nos destins dussent se croiser. Elle m’attendait!
Étrangement, je lui parlai. Plus exactement, je murmurai ce que l’on pourrait appeler une sorte de “compliment”. Je la félicitais de sa bonne santé; à l’évidence, elle venait d’un siècle passé, mais le temps n’avait pas laissé sa marque sur la fine porcelaine. Les deux peintures qui l’ornaient n’avaient pas davantage subi ses affronts.
On eut dit d’elles qu’elles venaient d’être déposées sur les formes adoucies de l’objet. Le vernis lui-même en semblait encore frais!
L’une représentait une scène de chasse, au grand siècle, l’autre, deux femmes affairées dans un boudoir, probablement à comploter… Car forcément, je vis des femmes d’esprit et de pouvoir.
La triple rangée de perles de la première, l’extravagance de sa coiffure, la somptuosité de tous ses apparats, faisait d’elle, au moins, une comtesse. Quant à l’autre, qui ne portait pour bijou qu’un talisman, toute de noir vêtue, c’est plutôt dans son attitude que je forgeai ma conviction: elle tenait un livre épais, sur les pages duquel elle pointait un doigt. J’en avais conclu qu’il s’agissait d’une directrice de conscience.
Pour les hommes, qui chassaient de l’autre côté, j’en fis, sans réfléchir une seconde, des poltrons. D’abord, ils suivaient un duc ou un prince, et se mettaient à quinze, ou à vingt – sans compter les chiens –, pour massacrer un pauvre cerf…

(à suivre…)

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 4 / 5. Votants : 1

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?