• 1Minute de lecture env.
  • 20Lectures récentes
9
(1)

Le 18 juin 1960, le cœur bien lourd, il arriva de Strasbourg en direction d’Alger, où il était appelé.

Il aurait aimé objecter, ne pas faire son armée, mais cela signifiait ne plus voir son aimée et être incarcéré.

Soigneusement il avait enveloppé l’écrin contenant les bagues puis il l’avait rangé dans son paquetage de jeune soldat.

Elle avait promis d’être là avant le terrible départ.

Elle avait promis d’être là mais elle n’arrivait pas.

Il se sentit bien seul, et même abandonné.

Intervention du ciel ou simple hasard ferroviaire?

Le Paris-Marseille prit soudain de15 mn de retard au départ  la gare de Lyon où il se trouvait.

Il la vit arriver en courant, puis prendre son élan pour l’embrasser.

Il aimait ses yeux verts, son sourire effronté et à son annulaire effilé passa le beau bijou qu’il avait acheté.

Dernier coup de sifflet et puis dernier baiser. Il sauta dans le train sans oser se retourner.

Sans ce retard, je ne serais pas née…!

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 9 / 10. Nombre de votes : 1

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

4
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x