• 2 ans 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 190Lectures récentes
9.5
(2)

Coxy la coccinelle volait tranquillement en ce premier jour d’été. Elle volait de fleurs en fleurs, d’arbre en arbre. elle était toute jeune, à peine quelques jours. Ses ailes étaient encore toutes collées. Elle découvrait les champs, les senteurs de la nature. Elle était heureuse de ces premières découvertes et sensations. Il lui semblait que le monde lui appartenait et que rien ne pourrait l’arrêter dans sa course. Le soleil commençait à lui chauffer le dos et une légère brise lui caressait ses antennes.

Le rouge étincelant de sa coquille la rendait encore plus belle au milieu des couleurs du ciel, des champs.

Soudain, elle aperçoit une forme étrange au milieu d’un champ, près d’un étang.Elle s’approche doucement car elle a un petit peur de ce qu’elle va découvrir. Elle ne veut pas se faire dévorer ! Elle a la sensation qu’il s’agit d’un être vivant car elle perçoit des mouvements sur l’herbe.

Elle réalise bientôt qu’il s’agit d’un gros animal. mais elle ne sait pas à quelle espèce il appartient.Elle est animée d’une grande curiosité et n’hésite pas à lui adresser la parole.

“Bonjour! je m’appelle Coxy, je suis une coccinelle. comment t’appelles-tu? Je cherche des amis avec qui m’amuser, pour le moment je suis toute seule.”

l’ornithorynque est surpris. Il entend cette voix mais cherche parmi les herbes d’où peut-elle venir. Il ne voit rien.

“Bonjour! Je t’entends, petite coccinelle, mais je n’arrive pas à te voir! Où te caches-tu?”

“Regarde , lève la tête! Je suis toute petite , je vole, je suis rouge avec des petits points noirs sur le dos et des jolies antennes.”

“Ah! ça y est, je te vois! Oh comme tu es mignonne et toute petite! Tu sembles fragile! Oui je veux bien être ton ami? viens près de moi, nous allons faire connaissance. Je vais te faire découvrir ma maison et l’étang. Tu pourras grimper sur ma tête si tu es fatiguée, nous irons nous promener ensemble. Moi non plus, je n’ai pas beaucoup d’amis. On me trouve très laid, j’en suis tout triste.”

“Merci beaucoup! Tu ne m’as pas dit ton nom?”

“Je m’appelle  Thoryx, je suis un ornithorynque.”

“bonjour Thoryx ! Je sens que nous allons devenir de vrais amis! En avant pour cette petite promenade!”

il semblerait qu’on ait parfois aperçu ces deux amis se promener ensemble dans la campagne. C’était une chouette rencontre pour tous les deux!!

 

Moyenne obtenue : 9.5 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x