• 2Minutes de lecture env.
  • 35Lectures récentes
9
(2)

L’adjoint au maire venait de célébrer son premier mariage. Le rouge au front, tout balbutiant encore, il essayait de se dépêtrer dans les méandres tortueux de sa pensée, de la symbolique de son engagement. Être adjoint, il l’avait choisi. Célébrer ce mariage, il l’avait subit. 

Le couple marié, quant à lui, n’en avait cure et se réjouissait déjà des confettis! Car c’étaient bien deux cent amis qui les applaudissaient! Or, mon cher lecteur, ne t’y trompes pas: nous ne sommes pas dans le sud, ici ; et deux cent amis, dans cette contrée qui n’est même pas sur Terre… 

Très vite, ils quittèrent la grande salle des mariages et se retrouvèrent enfin en face d’eux-mêmes. “Je t’aime”, c’est la seule chose qu’ils trouvèrent à se dire. “Je t’aime”. Et dans ce murmure, c’est toute la magie de l’humanité qui s’incarnait.

Ces deux-là, pour sûr s’aimaient, à ce moment là. Il n’était de caresse trop douce pour le manifester. Andréa pleurait, Kim souriait, et tout deux s’embrassaient. La vie, enfin, s’offrait à eux! Et eux, savaient, ce qu’il en feraient… Au moins, le croyaient-ils alors. Et croire, n’est-ce pas l’essentiel d’être?

Assurément, ils “étaient”! Ils vivaient, se réjouissaient d’avoir enfin percé le plafond, de s’être libérés de ces vils démons que la société, dans son ingénuité, son infinie complexité, dresse devant nous à chaque seconde, nous insuffle à chaque respiration. 

Maintenant, enfin, venait le temps d’être vrai. Maintenant, enfin, venait le temps de la famille! 

***

Avant même que l’agent ne parlât du montant du loyer, Kim visitait la cuisine. La lumière…

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 9 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x