• 2 ans 
  • 1Minute de lecture env.
  • 245Lectures récentes
10
(3)

La monomane de l’envie (Théodore Géricault)

Dans son regard sournois, un reflet de lumière
Vient à vous transpercer comme un rayon laser.
L’œil a le blanc jaunâtre et injecté de sang,
Des éclairs de colère et d’envie se mêlant.
Son long visage est gris, son corsage est souillé,
Sous sa coiffe se mêlent cheveux mal peignés.
Mais que regarde-t-elle ? Que veut-elle de moi ?
Je détourne les yeux, mon malaise s’accroît.
Elle reste là, figée, prête à me dérober,
En bondissant, soudain, la chose convoitée,
Empêtrée dans les plis de sa cape en vieux drap,
Vieillarde titubante, elle ne renonce pas ;
Pourvu qu’elle accapare, et qu’importe l’objet,
A l’asile elle traîne en quête d’un forfait.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x