• 2Minutes de lecture env.
  • 39Lectures récentes
9.3
(4)

La vie… à plat ?

Vous n’imaginez pas la vie que je mène ! Vous me voyez tranquille, toujours bien installée sur un lit ou soigneusement pliée dans un placard. Vous me percevez plutôt lisse, parfois irritante, mais jamais volcanique. Toujours à la disposition de celui qui m’emploie. Vous me pensez passive, dépourvue d’intention, jamais à l’initiative.

Depuis que mon propriétaire m’utilise, ma vie n’est pourtant que surprises, montagnes russes émotionnelles, tempêtes à gogo.

Lorsque cet homme était petit, on me pliait, on me coinçait sur les bords du lit : j’étais une sécurité, une balise de la nuit, je lui évitais de basculer nez à terre – pieds en l’air. J’étais le gardien des nuits de chacun, le sommeil des plus jeunes altérant celui des plus grands.

Progressivement, je me fis compagne de jeu, mur de cabane, cachette à doudous, lieu de bouderie, antre de farces aux parents. Quand le petit homme manquait d’idées, je m’arrangeais toujours pour prendre la forme d’un dinosaure, d’un éléphant ou d’un kangourou. J’étais sa plus fidèle amie. Parfois même je me faisais chiffon, trimbalé d’un bout à l’autre de la maison, un coin bien mouillé sucé, installé entre ses dents bien serrées. Ou bien encore, j’ouvrais mes grands bras pour le consoler, quand le petit homme était chagriné.

Un jour c’est arrivé, il m’a roulée en boule, placée de côté. Il ne désirait pas me quitter, sans pour autant oser me montrer aux ados naissants. J’étais donc discrète, un peu triste, moins en joie. Je tentais toujours de trainer un peu, d’accrocher son pied, d’attirer l’attention. Les hormones étaient là, il était réchauffé, le petit homme transformé.

Ça n’a duré qu’un temps, il m’a vite retrouvée. Cachée dans sa valise, secrètement logée, je le suivais partout. Dans son appartement de grand, il m’a sortie enfin. Là, j’étais heureuse. Chaleureuse, je décorais sa vie. Témoin de ses premières amours, j’embellissais ses nuits. Je glissais sur sa peau, unissait les corps aimants, caressait les rêves d’enfants. Après l’amour, j’entourais de mes ailes de géants les joyeux amants. Que ce petit était homme, maintenant.

Vous voyez, les amis, ne vous fiez pas aux formes. Une couverture, ça trompe énormément !

Exprimez votre ressenti !

Moyenne obtenue : 9.3 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

8
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x