• 2 ans 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 171Lectures récentes
0
(0)

Je patiente seul dans un coin complètement dénudé de photos, images ou autres qui pourraient,  donner un peu plus de chaleur à cette pièce, déjà bien assez glaciale rien qu’à ma vue. En réalité, moi je ne suis que l’instrument dont on va se servir pour donner un résultat plus ou moins déstabilisant dans certain cas.

La patiente attend dans la salle d’à coté, sereine, dans une tout autre ambiance avec des murs colorés et parsemés de nombreux tableaux. Elle ne s’imagine pas se qui l’attend. Elle sait juste que son neurologue veut lui faire passer un électro-encéphalogramme. 

Déjà, rien que le nom ne donne pas envie. Mais alors la suite est encore pire. Je vous explique: la personne en charge de l’examen vient chercher notre patiente. Gentiment et avec douceur, elle l’invite à entrer dans mon antre. Ho, elle peut jouer à la gentille car juste après le programme prend une toute autre tournure.

Et voilà, ses mains froides qui viennent me chercher pour me fixer par des fils électriques à des électrodes collées sur la tête de notre inconnue. Rien que cela, est déjà désagréable. Après avoir bien appuyé sur sa tête pour que ces affreuses électrodes jouent bien leurs rôles de connections , toujours ces mêmes mains la coiffe, alors, d’un filet horrible pour bien tenir toute cette installation digne d’un film sur “Frankenstein “. Et à partir de ce moment, ce n’est qu’une avalanche de signaux lumineux ou bruyants que j’inflige au pauvre cerveau de notre patiente innocente. Je ne serai vous dire exactement combien de temps je dois torturer cette femme mais  je peux en revanche vous avancer avec certitude que le résultat de cette expérience est souvent déstabilisant.

En effet, je ne suis en fait que l’objet qui amène à une conclusion pouvant peiner la patiente. Elle arrive toute confiante et repart, malheureusement, avec le résultat dans ses mains…..celui même qui va radicalement changer sa vie car je viens de lui  révéler qu’ elle était épileptique !

Qui voudrait d’une vie comme la mienne ? He bien, je vous rassure même pas moi ! 

 

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x