AlgoMuse Éditeur associatif
5
(2)

À la une de mon quotidien local ce matin :

L’OCTOGÉNAIRE NE LEUR DONNAIT PLUS DE PAIN : LES PIGEONS L’ATTAQUENT !

“A Brignoles, une vieille femme de 87 ans porte plainte à la gendarmerie suite à une agression d’un genre tout à fait nouveau : une attaque de jeunes volatiles (et non voleurs…), en bande organisée !

Germaine du Carami, c’est le nom de la plaignante, a été victime, ce 17 septembre 2021, d’un véritable harcèlement de mendiants volants qui a dégénéré en agression physique à l’arme blanche ! Les agresseurs, au nombre d’une quinzaine selon un témoin, étaient en effet tous armés d’attributs contondants qu’ils n’ont pas hésité à utiliser pour lacérer la pauvre victime.

L’objet de la dispute, il faut le dire, est aussi peu banal que l’agression elle-même : l’avocate des délinquants nous a déclaré qu’ils mourraient littéralement de faim, et que survivre était leur seul mobile.

Elle n’a pas manqué de nous rappeler l’histoire d’un certain Jean Valjean, aujourd’hui totalement oubliée, certes, mais qui illustre bien l’état de la société « post Covid » : le pauvre hère, lui aussi affamé, s’était pris les pieds dans un cercle infernal et vicieux en commençant par voler une miche de pain. S’en était suivi tout un tas d’histoires qui l’avaient finalement conduit au bagne de Toulon, bagne que les Brignolais connaissent bien…

Notre reporter ne voyant pas trop le rapport entre ces deux faits divers, d’ailleurs distants d’au moins deux siècles, a demandé à l’avocate de préciser…

– Comment, mais, vous ne savez pas ? La prétendue victime affamait les pauvres enfants depuis trois semaines ! Avaient-ils d’autre choix pour attirer l’attention du public sur leur triste sort ? Existe-t-il encore, dans cette société-là, un quelconque moyen d’expression que puisse mobiliser les indigents, autre que la violence ?

Comprenez-moi bien, je ne cherche pas à justifier l’agression, tout à fait inacceptable, évidemment, mais à éclairer le chemin de la vérité. Car c’est bien connu, n’est-ce pas ?, le chemin de la vérité est pavé de bonnes intentions ; et blabla, et blabla et blabla… Les effets de manches se multipliant à un rythme inversement proportionnel à la légitimité de la pertinence des arguments, vous comprendrez, chers lecteurs, que notre reporter…”

(à reprendre et éventuellement continuer…)

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 5 / 5. Votants : 2

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?