• 6 mois 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 83Lectures récentes
10
(5)

J’ai vu le jour officiellement en 1975. Mais en vérité je suis né bien avant. J’ai pris germe dans le cerveau de mon père de façon imprécise au départ. Mon émergence floue cohabitait avec un foisonnement inouï d’idées en gestation, de souvenirs obsédants, d’enthousiasmes et de désespoirs. Ce cerveau travaillait sans cesse depuis de longues années, et j’avais plusieurs illustres frères ainés ! 

Peu à peu  je pris forme, et je commençais à me distinguer. Enfin, je fus définitivement choisi, car mon essence profonde faisait écho à celle de mon créateur. 

Dès lors, je fus disséqué, sculpté, adulé, parfois rejeté, puis revu et corrigé au gré des désirs et des humeurs de Romain, mon génial géniteur. 

Jamais je n’ai craint d’être abandonné. Je me livrais à lui en totale confiance. J’acceptais les ratures, le cliquetis nerveux de sa vieille machine, les jurons, les soupirs… J’adorais l’intense connivence qui nous unissait tout au long de ces nuits. Ensuite je m’endormais, bercé par la voix rauque de Madame Rosa. 

Lorsque je fus achevé, Romain me scruta longuement, et d’un geste rageur que je ne compris jamais, il signa “Emile”. 

Je fus un grand succès. Je fus multiplié et découvris le monde. Mais Romain était triste. Rien ne le guérissait de ses douleurs passées, et le fantôme créé n’avait rien consolé. 

Moi, j’avais la vie devant moi, mais Romain décida de partir brusquement quelques années après ma venue au monde. 

Mon coeur en saigne encore. 

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 5

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

15
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x