• 1Minute de lecture env.
  • 60Lectures récentes
9.5
(4)

Sa promenade quotidienne vers les rues pavées
Le conduisait souvent à l’église désertée.
Quand il passait devant les vieillards assemblés
Exténués, voutés, édentés, décharnés.
Une empathie profonde venait le submerger.
Jamais une plainte déchirante, jamais un sanglot :
Hommes de paix ils occultaient leur vie de héros !

Le conflit dévastateur, absurde, fratricide
Revenait aujourd’hui méprisable et sordide.
Des enfants enrôlés de force dans une guerre
Cruelle, sanglante, impitoyable, meurtrière.
Une fureur extrême l’étreint avec violence.
Aucune contestation, aucune réticence :
Ces jeunes subissaient l’oppression en confiance.

Souvent il songe à eux, lorsque le ciel est noir
Et gronde dans l’atmosphère étouffante du soir.
Alors il s’interroge percevant ce couloir
Effrayant, exigu, oppressant, sans bougeoir.
Une énergie débordante s’empare de son corps :
Sa plume crie de rage et sa voix déclame encore
Enfermez ce dictateur que le peuple adore !

Moyenne obtenue : 9.5 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

6
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x