• 2 ans 
  • 1Minute de lecture env.
  • 224Lectures récentes
10
(4)

Ces petits matins clairs où la lune se meurt,

Je savoure à l’envie des gouttes de bonheur

Que, bien caché, je dérobe au temps ; et les murs

« S’emplissent pour moi seul de suaves murmures »

 

Mélodie des soupirs en notes lumineuses,

Chanson de mes désirs et mélopée rieuse.

Promeneur égaré dans ce paradis clair,

J’effleure avec ferveur tes courbes familières.

 

Un doux soleil s’éveille et ses rayons caressent

L’ombre des deux amants, univers de tendresse ;

Des notes cristallines s’invitent à la ronde ;

Tendre ivresse des sens, immense, au loin du monde.

 

La symphonie éclate et la pensée délire,

Explosions de bonheur pour deux cœurs qui chavirent,

Ascension du sublime, intense volupté,

Extase à l’infini, éclatante beauté.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x