• 1Minute de lecture env.
  • 37Lectures récentes
10
(5)

Je traînais ma vie dans un cimetière,
Je fuyais ma nuit, n’ayant plus de vers
A offrir aux dames, qui de leur vertu
Gratifiaient mon âme dans les temps perdus.

Un homme n’étant plus, surgissant de la terre
Se leva devant moi, et sous sombre lumière
Désigna un parterre que couvrait une croix,
Comme un paratonnerre abritant une foi.

Il avança disant : “C’est la tombe ; au delà
Tu le verras gisant, et sur l’onde du glas
Danseras doucement ; et la ronde qu’avec lui
Bientôt tu formeras, se perdra dans la pluie…

Vous irez l’un et l’autre mendier de l’Infini,
Cette once d’espoir cette graine d’oubli,
Que l’on plante le soir quand on cherche la voie
Qui traverse les ronces, et redonne la joie.”

Puis il s’évanouit. Je restai là, stupide,
Pendant de longues heures dans ce monde fétide
Grouillant de mille vers et de trappes semé,
Croulant sous mon chagrin et de tristes pensées :

J’étais donc condamné. Il me fallait errer,
Il me fallait songer et sans cesse me tuer
A repeindre ma vie aux couleurs incertaines,
Qui ouvrent au pardon de l’erreur, bien humaine,

D’avoir un jour cru qu’il suffit d’un lit,
D’un ventre repu, instincts étourdis,
Pour aller vers l’Âme, et tel Lucifer
Qui d’orgueil se damne, au final… l’Enfer !

 

KEY Fingerprint: 0x83289060f40ded088cf246b56f3b2e6ab748a8f8

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 5

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

6
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x