• 3Minutes de lecture env.
  • 42Lectures récentes
10
(2)

Une limace se sentait mal de ne laisser dans son sillage qu’une trace baveuse qui séchait au soleil et laissait toujours voir où la menaient ses reptations . Triste elle traînait sa pulpe le long d’un chemin de traverse qu’un tracteur (celui de l’agriculteur d’à côté) avait tant bien que mal dégagé entre la longère et le champ dans lequel il faisait paître ses bestiaux . 

Ce chemin ne datait pas d’il y a si longtemps, les traces des pneus géants de l’outil agricole étaient donc profondément sculptées dans une terre grasse qui ne séchait presque jamais tant le temps était humide malgré l’été  bien avancé . La limace éprouvait quelque mal à descendre au fond  des tubulures imprimées en creux, et des rainures imprimées en relief, lesquelles lui demandaient un effort considérable et toujours renouvelé : partie le matin vers cinq heures ( elle avait bel et bien lu l’heure au clocher qui jouxtait la ferme) elle n’était, à presque midi pas même rendue au milieu de cette trouée .

Un moineau passait par là : il comprit la détresse de notre mollusque, qu’il interpella en ces termes : ” – Dame limace, vous vous donnez beaucoup de mal pour pas grand chose : le champ vers lequel vous rampez ne vous fournira ni nourriture ni même cachette confortable et humide : l’herbe en est coupée, vous n’y trouverez que désagrément, je ne vous conseille pas de poursuivre votre chemin, l’ayant moi-même survolé ce matin tenez ce que je vous dis pour vrai et faites demi tour !” Ces paroles sensées ne touchèrent pas notre limace qui répondit en ahanant “- Laissez-moi faire, oiseau de malheur !  Vous ne savez pas même pourquoi je m’impose cet effort et vous venez me donner des conseils ? Passez votre chemin, je sais ce que je fais !”

Et elle poursuivit son chemin avec persévérance et rage aussi bien qu’avec tristesse : elle pensait , à force d’effort se débarrasser de cette bave gênante qui finirait bien par se vider de son petit corps musculeux . Elle rampa, rampa pendant des heures, elle bava, bava pendant des heures, elle s’épuisa, s’épuisa pendant des heures, à telle enseigne qu’à la fin de la journée la bave ne laissait plus qu’une trace à peine visible, et que le moineau, qui la surveillait de haut, eut même un peu de mal à la localiser . Il repéra cependant un petit trait noir sur une feuille verte : la limace épuisée, sèche, vidée, qui ne respirait plus, s’étant reniée tout à fait, ne lui fut même d’aucune consolation : son petit corps coriace ne l’intéressait pas : ” En voilà encore une qui recherchait l’extase en reniant sa nature…je l’avais prévenue “

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 2

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

2
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x