• 1 an 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 148Lectures récentes
10
(3)

Une porte claqua. un bruit de verre cassé tinta. Une femme , dans la trentaine, s’effondra sur le divan, le visage barbouillé de larmes, lasse de ces rendez-vous à la fois divins et minables. Le même schéma, chaque fois; un appel dix minutes avant, l’arrivée tant souhaitée, quelques mots échangés puis le passage à l’acte, rapide, parfois brutal, qui ne laissait que peu de place à l’amour . Une petite coupe de champagne, et un au revoir ma chérie, à la semaine prochaine , rapide et dénué de sentiment ! Voilà où elle en était réduite, à ne vivre que pour ce moment , à n’attendre que cet instant , qui n’avait même plus rien de charnel, en fin de compte!

Aujourd’hui, elle avait osé un timide: “est ce que tu m’aimes ? un peu?” qui s’était soldé par un regard glacial, un jugement tellement humiliant sur sa personne , qu’elle avait éclaté en sanglots et avait repoussé son amant , lui intimant l’ordre de partir sur le champ !

Vexé , Monsieur , avant même d’avoir pu siroté le champagne grand cru qu’elle lui réservait après l’acte , comme une ultime récompense, se leva, et partit sans un mot , sûr qu’il serait rappelé dans les minutes qui suivraient , tant son charisme était irrésistible ! 

Effondrée sur son divan mais bien vivante, elle réalisa qu’elle avait laissé échapper sa coupe de champagne, et s’offrit donc avec délectation la coupe de feu son amant qu’elle but avec avidité jusqu’à la dernière goutte.

Moyenne obtenue : 10 / 10. Nombre de votes : 3

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

5
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x