• 2 ans 
  • 1Minute de lecture env.
  • 262Lectures récentes
7
(4)

Il était bois, elle était fleur

Il était rude, elle était douceur.

Tous deux entièrement opposée

Et pourtant tellement liés.

Ses échardes pouvaient la toucher

Mais, en rien, ses pétales s’abimaient.

De leurs entités si dissemblables

Leur alchimie opéra, pourtant, l’incroyable.

Ils s’entremêlèrent malgré leur imperfection

Et s’accrochèrent sans distancions.

De cette force et cette douceur tant fidèles

Se vit naître un “amour ” inconditionnel.

Il devint les épines et le corps.

Elle devint la volupté et la couleur.

A eux deux, éternellement, leur vie explose

En une merveilleuse rose.

 

A mon père , à ma mère.

Moyenne obtenue : 7 / 10. Nombre de votes : 4

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

3
0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x