• 1 mois 
  • 1Minute de lecture env.
  • 34Lectures récentes
0
(0)

Que l’on vive, que de bonté, trêve du séculier temps,
Par, faits, et désordre organisés du cynique et parfait

Des défuntes louanges au scintillant,
Sifflement de proses macabres natives de leurs sonnets.

A t-on signaler le festin du Mort cherchant,
Des vivants leur allégresse, meilleure en seront les mets,

De fêlures en gloutonneries abjectes, la chair qu’eux dévoraient
Rebondit dans le bal au chant des ossements.

S'entrechoquaient-ils, déviés de la dernière agonie qui s'égosillait?
C'est dans l'Abyssale éternité qu'ils revivraient cela incessamment.

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x