AlgoMuse Éditeur associatif
5
(2)

Je fais mon “vieux”. J’observe le spectacle du quartier derrière mes volets à demi clos. C’est le quartier nord de Le Tannos. Le quartier sensible comme on dit à la télé. Il y a des gosses. Il y a des garçons et des filles. Ce soir, plus qu’à l’habitude, des gamines. L’une d’elles est intrépide, Elle grimpe sans relâche aux portiques du mini terrain de basquet dont il ont fait un mini foot. Et dès qu’elle est à trois mètres du sol, elle se pend à une seule main et crie à qui voudra la sauver. Oh, je crois bien avoir compris que cet appel aux secours n’est que simagrée. Il semble ne s’adresser qu’à l’un des garçons. Un gros petit bonhomme tout en chair, vêtu d’un polo rose et d’un short bleu. Lui, doit avoir une grosse dizaine d’années, perchées, cependant, sur une taille d’un bon mètre soixante-cinq. Il avance nerveusement, bras et jambes ballantes. Le corps est immobile. La tête fixe. Seuls le membres se meuvent. C’est comme un personnage de dessin animé. Il arrive sous le lieu du drame potentiel, et ses bras se tendent vers le ciel. 

— Descends, Naïma, descends maintenant ! 
— Prends mes pieds, prends mes pieds…
Le dialogue, je l’ai imaginé. La scène me l’a dicté. Car, hélas, ils ne parlent pas tannosien. 
Moi qui suis né ici, je suis un peu perdu. J’aime beaucoup les enfants. Tous les enfants du monde. Et j’aime beaucoup Le Tannos.
C’est vraiment difficile, pour moi, de combiner ces deux élans de l’amour dans cette réalité qui s’impose à moi.
Quand même, je sens bien que s’il me fallait choisir, je préfèrerais les enfants à la magie tannosienne… 

Mais s’agit-il de choisir ?

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 5 / 5. Votants : 2

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?