• 3 semaines 
  • 2Minutes de lecture env.
  • 39Lectures récentes
0
(0)

C’est qu’elle attend impatiente derrière son bureau. Elle épie nos mains qui refusent de se montrer. Elles sont dissimulées sous les tables. Les manchots, que nous étions devenus, se toisent et craignent son courroux.

Le texte parlait anglais. Il portait sur le privilège de la chasse à courre et du cruel destin qui attendait les brigands s’ils étaient attrapés. Nous, les manchots en smoking, regardions la porte et les fenêtres, désireux d’en finir. Dans la nature, nous nous serions tous éparpillés gauchement vers l’océan. Le visage de l’impératrice respirait la clémence qui embaumait la salle de cours ; l’air y était glacé et transi par la peur. Si les manchots décevaient… Quelle décision allait-elle prendre ? Elle patiente toujours mais là, son regard se fait noir. Les manchots attendent les ordres de cette impératrice aux exigences impossibles. Elle déambulait de salles en salles, son cartable plein d’orgueil à revendre.

C’est qu’elle nous proposait de nous adouber de son orgueil par procuration. Elle brise la glace du silence d’un ton sévère. Elle exige de l’intelligence, du bagout, de l’exploration. Elle ordonne aux manchots de se mettre en place pour démarrer sa chorégraphie. Elle nous enseigne le courage, elle nous demande de l’affronter, de la défier. Elle voulait nous enseigner le respect de nous-mêmes.

C’est qu’elle savait bien qu’elle l’avait déjà acquis de nous. Nous étions à sa merci et nous en redemandions. Elle n’avait même pas eu besoin de se mouvoir pour nous bouger. Nous étions plein d’admiration pour cette femme de valeur. Elle nous sortait de notre caverne chaque semaine pour voir la lumière.

C’est qu’elle fait partie de cette espèce rare qui engendre des esprits vifs, des têtes bien faites. Elle ne montre aucune pitié dans ses rangs et n’hésite pas à couper les têtes bien pleines.

C’est qu’elle prendra une place qui porte déjà son nom au panthéon des âmes qui ont tout révolutionné. C’est que le monde serait bien fade sans elle.

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x