• 7Minutes de lecture env.
  • 39Lectures récentes
0
(0)

Chapitre 1 

Objectif Canada, région des Grands Lacs 

Johan, Marc et Cathy, trois amis d’enfance, sont partis pour fêter leurs 18 ans au Canada. Ils sont partis dans la région des Grands Lacs pour les découvrir en 12 jours.  

Ils commencèrent leur trek à Kingstone. Ils voulaient rejoindre Toronto pour commencer par le lac Ontario. Pour rejoindre la ville, ils décidèrent de faire de l’autostop sur la route 33. Une personne les prit en stop et durant le trajet leur suggéra de s’arrêter à Picton pour y découvrir le sable fin du parc provincial de Sandbanks. Elle les y déposa avant de continuer son chemin. Ils passèrent une bonne partie de la journée sur la plage d’Outley. 

Ils reprirent leur route et furent prit en stop sur l’autoroute 401 en direction de Toronto. Quand ils arrivèrent en ville, ils allèrent directement à leur hôtel pour y déposer leurs affaires. 

Ils partirent en ville boire un verre dans un bar. Ils en avaient bu quelques-uns quand Marc les laissa car il se sentait fatigué. Johan lui proposa de rentrer avec lui mais il leur assura qu’il pouvait continuer la soirée sans lui. 

Cathy et Johan dansèrent longtemps sur des musiques endiablées ! Le DJ passa un slow. Cathy se glissa dans les bras de Johan et se colla à lui. Johan avait longtemps rêvé de la serrer dans ses bras. Ses mains glissèrent pour se poser à la limite du raisonnable. Cathy ne le repoussa pas. Elle leva les yeux et plongea son regard dans celui de Johan. 

Johan cru à une invitation. Il posa ses lèvres sur les siennes. D’un fougueux baiser, ils oubliaient les autres couplant autour d’eux. 

Johan mit fin au baiser. Essoufflé, il prit la main de Cathy et l’entraîna vers la sortie. 

Ils se dirigèrent d’un pas rapide vers leur hôtel.  Devant la porte de sa chambre, Johan se tourna vers Cathy. 

-tu es sûre de vouloir entrer ? 

Cathy, le feu aux joues, lui fit signe de la tête que oui. 

A peine passés la porte, ils se jetèrent l’un sûr l’autre. Ils passèrent une courte nuit mais intense ! 

Cathy se leva et se rhabilla rapidement.  

Coupable, elle murmure à Johan : 

-Ce qui s’est passée cette nuit est une grave erreur. Marc ne doit pas le savoir. On doit oublier. C’est l’alcool qui nous a fait agir ainsi. 

Sur ces mots, elle referma doucement la porte. 

-Non, ce n’était pas une erreur, je t’aime … 

Ces mots, Cathy ne les entendit pas. 

Johan passa sous la douche afin de retrouver ses esprits et de faire disparaître l’odeur de Cathy imprégné sur lui. 

Il rejoint Marc et Cathy au restaurant de l’hôtel. Ils étaient attablés et s’embrassés passionnément. Elle faisait comme si rien ne s’était passé. Il sentait encore son corps contre lui, ses lèvres sur les siennes … 

-Hey, mec, tu dors encore ? Lui lança Marc en riant 

-euh, non, je pensais à autre chose, à ce que l’on va faire, répondit Johan mal à l’aise en fuyant leurs regards.  

Il se sentait mal mais essaya de faire comme si la nuit dernière était encore un de ses fantasmes. 

 Ils prirent leurs petits déjeuner et partirent en direction du parc national Pukaskwa pour rejoindre leur camping pour quelques nuits, le terrain de camping de Hattie Cove. Il se situe à l’extrémité nord du parc. 

Ils installèrent leur 2 tentes. Johan installa la sienne à l’écart de ses amis. Marc était étonné. Johan lui expliqua qu’il voulait leur laisser leur intimité et lui avait besoin de se retrouver un peu seul le soir. 

Ils partirent une fois installé. Ils prirent le chemin qui les mènerait vers le camp Anishinaabe. Ils allaient découvrir auprès d’eux leur histoire, leur tradition et leur culture.  

A leur arrivée, ils furent accueillis par une vieille femme qui les mena vers le reste du groupe. Un jeune homme, un autochtone, racontait des légendes indiennes. Des légendes de toutes tribus mais qui concernait le peuple amérindien. Quand ils arrivèrent, le conteur était en train de parler de la légende du Wendigo. Il nous indiqua que littéralement Wendigo signifiait “Esprit maléfique qui dévore l’humanité”.  C’est un esprit qui dévore les hommes. Il est associé à l’hiver, le froid et la famine. Le Wendigo peut prendre possession de l’esprit d’une victime s’il ne la dévore pas. De ce fait il la pousse à chasser ses proches et à se régaler de leur chair. 

Quelqu’un demanda comment un Wendigo est créé. Le jeune conteur lui répondit qu’il y avait deux théories. La première, dès qu’un humain a recourt au cannibalisme pour survivre. La seconde, quand un humain présente certains vices comme la cupidité ou la gourmandise. 

Un humain peut être contaminé par une morsure. 

Toutes les personnes autour du jeune conteur ne disaient rien. Johan jeta un œil discret vers Cathy qui se blottissait dans les bras de Marc. Johan ressentit un pincement au cœur. De les voir ensemble lui faisait de plus en plus mal. Il se leva et se dirigea vers la vieille dame qui était assisse non loin du groupe. Elle l’invita à s’assoir d’un geste de la main. Elle l’observait avec attention.  

-Attention au Wendigo, Johan. Lui lança la vieille dame en se leva brusquement et en partant vers un cabanon. 

Johan sourit en se disant que cette femme était un sacré numéro. Elle jouait bien le jeu pour garder les gens dans l’histoire. Il était temps de rentrer au camp. Il se tourna vers ses amis et leur fit signe qu’il fallait partir. Marc et Cathy se levèrent et le rejoignirent. Ils repartirent dans la forêt pour rejoindre le camp. Alors qu’ils étaient presque arrivés, Johan entendit un bruit étrange venant de derrière un buisson. Il se retourna mais ne vit rien. Il incita ses amis à presser le pas. 

Arrivés au camps, Marc et Cathy se retirèrent dans leur tente. Johan, partit rejoindre la sienne. Il allait rentrer dans sa tente quand un bruit se fit entendre. Il scruta l’obscurité mais ne vit rien. Il attrapa sa lampe torche et éclaira autour de lui. Il n’y avait rien.  

Il pourrait rentrer dans sa tente tranquillement mais quelque chose l’incita à se diriger vers la forêt. Elle était silencieuse, très silencieuse quand le craquement d’un bois mort résonna. Johan se retourna dans tous les sens mais ne vit rien. Un mouvement dans un buisson le fit sursauter. Il s’immobilisa et vit deux yeux brillant et rouge le fixer. 

Johan se reprocha de s’être aventurer au-delà de sa tente et se mit à courir. Pas assez vite pour son poursuivant qui le rattrape à peine s’était-il élancé. Johan tomba et il fut retourné. 

Il ouvrit les yeux et se retrouva face à une bête hideuse. Elle ne ressemblait à aucun animal connu. Il était d’une maigreur extrême, voire squelettique, avec des lambeaux de chair qui sont accrochés à ses os. Il ne possédait pas de lèvres et pas d’orteils. La couleur de ce qu’il lui restait de peau est grise. Ses yeux étaient rougeoyants et profondément enfoncés dans les orbites. Il avait des canines jaunâtres ainsi qu’une très longue langue. Il dégageait une odeur de décomposition et de cadavre, il lécha sa proie comme pour avoir un avant-goût d’elle. Johan crut sa dernière heure arrivée quand le monstre baissa la tête pour planter ses crocs dans son épaule. Il arracha au passage des morceaux de chair.  

Johan poussa un terrible hurlement de douleur et perdit connaissance sous le coup.  

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x