AlgoMuse Éditeur associatif
4.6
(5)

Je construisais moi-même, dans le plus grand secret, les souffrances que je me donnais d’aimer des femmes inaccessibles. J’appelais cela “du romantisme”. Dans le même temps, les femmes “accessibles” me tournaient autour, s’offraient à moi. Je me permettais de les prendre, de les aimer comme elles le voulaient et j’osais nommer cela du « libertinage ». Au nom d’un amour que je n’arrivais à atteindre, je profitais des bienfaits de la vie en société en volant ce qui aurait pu être le bonheur d’autres. Je vous le confesse. J’ai manipulé, envié, pêché – bien que la religion ait peu à faire là-dedans. Je confie ces mots ici, car la résolution de l’histoire m’est, depuis plusieurs mois maintenant, tout aussi incompréhensible qu’au premier jour. J’ai meurtri mon corps et mon coeur pour des femmes qui n’ont jamais eu vent de la passion qui m’animait pour elles et dans un même temps, j’ai ruiné les opportunités de vie, la stabilité mentale et le bonheur d’une belle qui, elle, ne s’embarrassait pas de ces absurdités pour m’aimer. Amour, tendresse et adoration coulaient de ses yeux vers les miens, collaient ses cils entre eux, glissaient sur des joues encore rondes de l’enfance pour attraper les cheveux qui y trainaient, puis s’accrochaient à ses lèvres encore sèches des pleurs de la veille – ceux que j’avais éveillés en voulant lui offrir, ce soir enfin, la vérité. C’était probablement la vérité ce jour là. Mais une vérité qui blesse comme une lame à peine forgée : brutale et grossière. Les mois passent et son fil s’affine, coupant la chair en l’effleurant. Puis le temps l’émousse et patine ses couleurs, lui donnant le reflet qu’elle a aujourd’hui. Le reflet que je vais tenter de décrire ici… 

0

Cliquez sur un cœur pour voter !

Les Algomusiens ont voté... 4.6 / 5. Votants : 5

Aucun vote. Soyez le premier à voter !

Partager ?