• 4Minutes de lecture env.
  • 42Lectures récentes
0
(0)

Partie II – Les gens ordinaires ont bien souvent des vies extraordinaires…

13 –  je vais l’aider ton Victor!

– Ecoute sybille, Victor  est de la famille à présent. S’il a un problème, j’ai un problème!. Et ma flic de fille peut bien m’aider!
Rends-toi compte, le pauvre garçon a fait le tour du voisinage pour se voir remettre  Ficus dans les bras par la voisine du troisième! Son père lui avait mis comme seul petit mot autour du cou: « ne t’inquiète pas, ma vie est incomplète, je vais y remédier» .  
Qui écrit ce genre de mot? 
Non mais sérieusement , qui fait une chose pareil à son fils unique ?

– Ben toi maman! Toi, tu saurais faire ce genre de chose…

– Alors raison de plus! Ça vous fait un point commun. Toi seule peux le comprendre ! Aide-le! Si tu ne l’aides pas, je le ferai et si je le fais, tu le sauras.

– Ok ok ok…. Je vais l’aider Ton Victor… et si tu venais avec moi?

Son Victor…son Victor…. Sidonie espérait bien qu’il devienne un peu le Victor de sa fille en réalité. 

– Non non, dépose-moi plutôt chez Victoire, J’ai des semelles à ajuster.

Une paire d’escarpins à la main, elle descend de la voiture  après avoir expliquée à sa fille que Tournesol l’attendait  déjà devant l’appartement de son père.


Chapitre 14-  La flic et le majordome 

En voyant le grand sourire affable de Victor qui l’attendait devant l’entrée de l’immeuble, Sybille se sent tendue. Il faut l’avouer, il est sympa cet homme, c’est franchement agaçant. C’est plus fort qu’elle, il faut qu’elle lui dise sa façon de penser ! Elle ne va pas se laisser désarmer par un beau gosse au sourire facétieux .

Dans l’ascenseur menant à l’appartement, Sybille attaque bille en tête:

– Mais que se passe t’il avec ma mère? Vous n’avez donc pas mieux à faire? Elle m’a supplié de vous venir en aide!
Déjà sa podologue qui lui cède tous ses caprices, et maintenant vous. Est-ce qu’il y a quelqu’un sur cette terre qui pourrait pour une fois la considérer comme une personne de son âge?

Victor est stupéfait. Sybille ne connait décidément pas sa mère. Il y a des trésors qu’il faut préserver et Sidonie en fait pleinement partie.

– On ne cède en rien. On se laisse juste porter par son courant vivifiant de liberté. D’ailleurs en parlant de podologue, il serait grand temps que je la rencontre cette amie, elle me semble si chouette, elle aussi.

– Oui… si on veut. 
Maintenant, assez parlé de ma mère, dites-m’en plus sur votre père, que l’on puisse rapidement élucider ce mystère et reprendre nos vies respectives.

– Papa vit seul avec son chien depuis des années. Il le sort au parc juste pour qu’il fasse ses besoins, qu’il s’évertue à ne pas ramasser.

– Vous vous rendez compte que je pourrais le sanctionner pour ça!

– Oui, oui… Il faudra aussi lui dire de trier ses canettes de bières, car il fait partie de ces vieux que vous risquez d’apprécier. Ceux qui ne trient pas car il s’ancrent dans le passé où tout était mieux…

– Je  n’aime pas les vieux ancrés dans le passé. J’aime juste que les vieux acceptent d’être vieux! Quoi d’autre?

– Il joue au Scrabble, aime la musique et l’art sous toutes ses formes. N’y comprend rien en physique quantique et encore moins, quand il s’agit de parler du métier de son fils unique.

– Vous?

– Moi.  
Il est aimable, je crois.. 
Il n’est pas mal physiquement, à en croire ces dames, et surtout encore assez alerte pour faire de la randonnée. Il aime parler.

-Vous semblez bien le connaître 

– C’est mon père tout de même 

– Ben oui justement…

Tout en discutant, Sybille observe l’appartement, les photos sur le buffet, la pile de livres qui sert de table de chevet… Des prospectus d’agences immobilières, un numéro griffonné sur le côté, un 06…quelques billets de bus et cartes de restaurant… 

– Il profite votre père dites-donc!  Il est chouette ce restaurant. Sybille tendait la carte de chez Androuet… Que du fromage et des verres de vins..

  Oui, j’aime beaucoup aussi…  mon père y allait autrefois avec mam… vous dites qu’il y est retourné?

– Il semblerait. Et plusieurs fois, si l’on en juge les différentes notes de frais.

  Ah… 
Victor reste interdit. Il se peut que finalement un coup de fil régulier ne soit pas à proprement parlé une méthode suffisamment efficace pour connaître la vie de ses proches.

Face au regard perdu de Victor, Sybille reprend les choses en main:

– Allons voir les voisins, c’est souvent eux les meilleurs témoins de notre quotidien

Précédemment dans «  la fleur de l’âge »😉: https://algomuse.fr/la-fleur-de-lage-chap1-ma-pie/

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x