• 2 mois 
  • 37Minutes de lecture env.
  • 64Lectures récentes
0
(0)

En guise de préface Pourquoi craignez-vous tant qu’ils vous fassent du mal,

les gentils amis-mots ?

Pendant mes premières années de lycée, je redoutais le cours de français. Je m’y ennuyais et obtenait, dans cette matière, des notes médiocres. Peut-être la faute du prof, surnommé Pépé -car il avait largement dépassé l’âge de la retraite-.

Il arrivait en classe avec un sac à provisions, et le chahut commençait.

La faute aussi à ces deux auteurs des manuels de référence. J’ai oublié leur nom, mais l’un d’eux montait la garde pour que soient respectées, dans leurs ouvrages, la décence et les valeurs établies.

Rabelais était expurgé de ses plus gros mots, les précieux du XVII° siècle méprisés. En poésie du XIX° aucune mention de Tristan Corbière, Lautréamont, Germain Nouveau.

Beaucoup d’écrivains m’apparaissaient comme des êtres à part, austères, torturés, rébarbatifs

Ils redoutaient la page blanche, car les mots, leurs esclaves, ne parvenaient pas à traduire leur rêve d’indicible, d’absolu. Ils les torturaient, les chassaient comme des malpropres. Impossible de rendre toute la finesse de leurs pensées, de leurs sensations.

Ils en en éprouvaient un sentiment de frustration qui les rendaient malheureux (les affres de Flaubert quand il compose une nouvelle œuvre!)

Plus tard, j’ai compris qu’il fallait, pour écrire, choisir la démarche inverse: partir des mots, établir un lien de complicité, accepter de jouer avec eux. Bientôt, ils se dérident et nous offrent leur message caché, en toute fantaisie, sans tabou ni souci du bon ou du mauvais goût.

Je me suis plié, dans les pages qui suivent, à cette règle du jeu; pour les noms terminés en al, all, ail, accepter les pluriels phonétiquement en [O] et les interpréter. Ce jeu m’a procuré un grand plaisir. J’espère que l’indulgent lecteur sourira, parfois.

Questions de genre

Je soutiens cette juste revendication des féministes: permettre la féminisation, par l’ajout d’un E final, de certains noms ( surtout des noms de métiers) qui n’existaient qu’au masculin.

Jusqu’à une époque récente, l’emprise des mâles sur notre Société cantonnait la femme dans un rôle presque exclusif d’épouse ou de mère.

Une telle anomalie, qui jadis ne choquait personne, aujourd’hui n’a plus lieu d’être.

L’emploi de: une écrivaine, la professeure, une docteure, une pèlerine…ne provoque des cris d’orfraie ( Alphonse Allais rejoint de nos jours par Me Too, préfère «de porc frais») que chez des puristes rétrogrades.

Cette logique lexicale aurait dû conduire à la réciproque: si le E est bien la marque du féminin, alors il n’a plus sa place à la fin de noms féminins, quand ceux-ci servent à désigner des hommes. On devrait donc écrire: un sentinel; un canail; un brut; un victim’…

J’ajoute le cigal (le mâle de la cigale); un crotal; un dédal; Bertrand Dical.

Ces propositions verront-elles le jour? Je m’en remets à l’usage, qui seul, le temps faisant son œuvre, décidera.

[Première partie]

Abyssal Le pont de l’Abîme

Du haut de ce vieux pont, faux suicide abyssal;

pour un périlleux bond, prépare des habits-sauts.

Le pont de l’Abîme, curiosité touristique, est le dernier pont suspendu de l’ancienne province de Savoie, encore en service. Une seule voie permet à une auto de s’y engager. Il enjambe le Chéran, rivière aujourd’hui fréquentée par des pêcheurs et des orpailleurs.

Dernièrement, il a été utilisé par des amateurs de sauts à l’élastique. Une tenue spéciale était conseillée.

Ail Mésaventure de Perrette

Perrette s’en allait au marché, seule, enceinte.

Son mari préférait au café siroter son absinthe.

Dans la remorque qu’elle tracte, elle a tassé

l’ail.

Elle conduit trop vit’ sur chemin cabossé.

Soudain ces cris: «j’perds les aulx!»

 

**********

Amical Camicalement

Avec sa première petite amie, Cami cal’.

Il n’aura, avec elle, de rapports qu’amicaux.

L’humoriste Cami (1884-1958) raconte que sa première véritable expérience amoureuse aboutit à un lamentable fiasco, ce qui ne l’empêcha nullement de rester en bons termes avec la jeune personne.

En 1910, il est le principal rédacteur du Petit Corbillard Illustré, organe corporatif et humoristique des Pompes Funèbres.

Dans le N°2 apparaît un grand concours de Funérailles: «Quel sera le plus bel enterrement d’ici le premier janvier 1911?» Une liste de favoris est proposée, avec entre autres , le pape Pie X (75ans) François-Joseph, Empereur d’Autriche-Hongrie (80 ans) , Armand Fallières, Président de la république (69ans) etc. Seul l’Académicien Jules Claretie aura assez d’humour pour en sourire et l’écrire à Cami.

Quand Laurent Ruquier animait à la radio son émission «L’oreille en coin », un de ses collaborateurs , Raphaël Mezrahi , après le décès de Charles Trenet je crois, suggéra: «Et si on organisait un concours radiophonique pour dire qui sera le prochain mort célèbre?» Ruquier à la fois admiratif et choqué:« Raphaël, quand même! »

Cette idée, cher Rapha, Cami l’avait eue plus d’un demi-siècle avant vous.

**********

 

Amiral (1) Darlan intime

«Le destin m’a promu amiral…

et pourtant, je rêvais à Miro.»

François Darlan, né en 1881, fut assassiné à Alger le 24 janvier 1942. Il a confié à Paul Reynaud:

«en 1937, au cours d’un voyage en Espagne, j’ai découvert les tableaux de Juan Miro.
Au lieu de faire le zouave en uniforme et de susciter les moqueries (L’Amiral Darlan n’a jamais connu la mer [contrairement] au vrai loup de mer qui a bourlingué toute sa vie et qui lui, n’a jamais connu Darlan), j’aurais préféré peindre avec le talent de Miro.»

**********

Amiral (2) Escale africaine

On l’a surnommé plaisamment «l’amiral».

Lui et deux de ses pot’ devinrent amis-rôts.

Célèbre navigateur, hâbleur, friand des médias (la plus hargneuse des «grosses têtes» chez Ruquier), il fut invité, avec deux de ses copains à prendre le thé chez des touaregs, en Mauritanie.

Les trois connaissaient cette marque de politesse: éructer, après avoir bu, mais ils le firent d’une manière si bruyante, si provocatrice, qu’ils lurent bientôt un sentiment de courroux et d’écœurement dans le regard de leurs hôtes.

**********

Amoral (1) Les amants

A Dijon, on trouva le film amoral:

«pourquoi, se dit-on, avoir proposé ces jeux à Moreau?»

Film de Louis Malle, sorti en 1958, avec Jeanne Moreau, Jean-Marc Bory, José-Luis de Vilallonga, Alain Cuny.

Scénario d’après «Point de lendemain», conte érotique de Vivant-Denont.

**********

Amoral(2) Fiche d’un prof de français

Rimbaud Arthur -Ans seize -Amoral.

Ses poèmes: sésam’ oraux.

**********

Anal Conseils aux seniors

Prenez soin, petits vieux, de l’orifice anal

et, si vous le pouvez, pratiquez les anneaux.

**********

Souvenirs des armées: pendant les classes, nous suivions des cours d’hygiène donnés par un sergent surnommé «La flèche». Il nous assurait que la bouche contenait davantage de germes que l’anus. Conclusion d’un bidasse:

«Alors vaut mieux lécher le c.. d’une nana que lui rouler une pelle.»

**********

Antartical Vers Dumont d’Urville

 

Sur le continent antartical,

ils jouent, soutenus par Antar, Tico-

Tico par ci, Tico-Tico par là.

-Avec ce froid, difficile de donner le la .

La pub ose tout! Pour lancer un carburant prétendument écologique, le groupe Antar a choisi de tourner un clip en antarctique. On y verra un ensemble brésilien jouant une samba sur la neige, près de la base Dumont d’Urville.

Les musiciens se sont plaints: ils n’arrivaient pas à accorder correctement leurs instruments.

Arrabal Viva la muerte

Qui se souvient encor du terrible Arrabal

dont les écrits mordaient comme…. Ah! rabots?

Fernando Arrabal, né le 11août 1932 à Melilla (Espagne) est à la fois poète, romancier, essayiste, dramaturge, cinéaste . Il vit en France depuis 1955.

**********

Automnal *Timide octobre

Un soir automnal,

des hommes aux tonneaux.

*En annexe 1, le poème de Jean Orizet

**********

 

Aval Appréciations et note

du prof de français qui vient de lire les copies de deux élèves, Noël Gralougnant et Jean Ferrat. Sujet proposé: La montagne.

 

1/ Noël: Amont, aval

à vaches, à veaux.

-Et vous voulez que j’avale ça!!! 0,5 sur 20 pour l’encre.

2/ Jean: vous écrivez dans votre dissertation: «Mon Dieu, que la montagne est belle». Trop emphatique. Devrez faire meuh la prochaine fois. 10 sur 20.

**********

Bail Vieux Brummel

Ces dandys déplumés, ça fait un sacré bail

que je vois chaque été s’affaisser leur visage.

Messieurs les jolis cœurs, je crois qu’il serait sage,

de cesser, à ce jour, de jouer aux vieux beaux.

**********

Bal (1) Sidonie a plus d’une amante

Colette, avec Missy, rêve d’ouvrir le bal.

Elles partageront les plaisirs de «Les Baux»

Missy, la tendre amie de Colette, possède une magnifique propriété dans ce village touristique: «Les Baux de Provence». Elle y a fait aménager une salle de bal. Pour l’inauguration ne seront invitées que les femmes qui préfèrent les femmes.

Bal (2) Quand ma mère dansait

Elle aimait, l’ sam’di soir, danser dans un beau bal,

dont parle avec mépris, aujourd’hui, les bobos.

 

**********

Bancal ça gratouille?

Au bureau de tabac,

un jeune homme bancal

rêvait de chauds sabbats

en grattant des bancos.

**********

Baptismal re-création

Dans la crypte romane et son fonds baptismal,

venez, mes invités, que je vous bâtisse, mots.

**********

Bercail retrouver l’enfance

Seniors, vous retournerez au bercail

et bientôt au berceau.

**********

Bocal Louis Ferdinand Céline

Le sulfureux Céline, *enragé pamphlétaire

éructe sur Jean-Paul sa bave délétère.

Sartre devient pour lui «l’agité du bocal».

Combien as-tu sifflé, Ferdinand, de **bocks-eaux?

*En annexe 2: extraits de la réponse de Céline au texte de Sartre «Portrait d’un antisémite» paru dans les Temps Modernes de décembre 1945.

**Certains cafetiers de Paris préparent, pour leurs bons clients, une boisson chaude, mélange d’eaux de vie à 50° et d’épices, servie dans de hauts verre à anse.

**********

Bonal Face aux brigades du Tigre

Pour se donner du cœur, beaucoup buvaient Bonal.

Les bandits anarchistes ont préféré bonn’ eaux.

Hippolyte Bonal, ancien moine chartreux, créa en 1865 une boisson apéritive à base de gentiane, de racines de quinquina et d’oranges.

Les fameux anarchistes qui dans les années 1900 utilisaient les véhicules automobiles pour fuir après leurs forfaits avaient compris – bien avant la Prévention routière- que pour garder une parfaite lucidité, il ne fallait boire que des eaux minérales.

 

**********

Boréal Le pêcheur de trésors

«J’ai vu l’or; or boréal

et de beaux *réaux.»

Le chercheur de trésors, John Phips découvre, dans les papiers de son père qui vient de décéder, un parchemin indiquant qu’une frégate transportant des caisses remplies de monnaies espagnoles et de bijoux a coulé en 1721 au fond de la Baltique. L’expédition qu’il organise est un succès: les coffres remontés à la surface contiennent le trésor espéré: des pièces d’argent, des colliers, des bagues, des bracelets, des diadèmes en or avec perles et diamants.

John est le fils de William Phips , né en 1651 dans un pauvre village du Maine. William s’est illustré comme «pêcheur de trésors. Décédé en 1722, il a confié à son fils le soin de poursuivre ses recherches.

Reaux: vieille monnaie espagnole en argent

**********

Call Une poétesse inconnue

Elle me susurrait à l’oreille

des merveilles

la call-

girl. Après bien des nuits, j’en perçois encor l’écho.

**********

Canal Poursuite au cœur de la Sérénissime

-J’ai mal à ma canne, Al!

– Filons par les canaux.

Al Capone, accompagné de son garde du corps préféré passe des vacances à Venise. Il est repéré par le tueur d’un gang rival. La poursuite s’engage. La nuit précédente, le garde du corps a été mordu au mollet par une belle de nuit qui refusait certaines pratiques. Lui l’a tuée, mais la douleur le contraint à traîner la patte. Capone a repéré sa barque à moteur. Les deux gangsters s’y précipitent.

**********

Cardinal Le désert des Tartares

Buzzati, où frémit ton désert des Tartares?

Vers quel point cardinal?

Faut-il craindre l’assaut de redoutés barbares?

Peut-on s’y rendre en car, Dino?

 

Chacal A la hussarde

 

Ils se comportaient comme le chacal

bien qu’ils portassent les shakos.

**********

Cheval A la dérive

T’es qu’un bourrin, un lourd cheval

et tu n’éprouves aucune envie.

Vois, tu ne sais plus, de ta vie

dérouler l’écheveau.

**********

Cigal Le cigal a des fourmis

Les bois et la campagne, il a quittés

l’aventureux cigal.

Il n’a dansé qu’un seul été,

nous dit Gilbert Sigaux.

Gilbert Sigaux (1918-1982) écrivain, traducteur, critique s’est amusé, dans sa jeunesse, à écrire des parodies: «Fables en vers et à l’envers» où il prend le contre-pied du célèbre fabuliste.

Le cigal, compagnon de la cigale, n’aime pas chanter. Il a des fourmis dans les pattes et les ailes. Il quitte sa compagne et sa campagne pour découvrir le monde.

**********

Cisal Les coupeurs de tout

Le feu, le pain, le vin et mêm’ la soif, ils coupent.

Ils forment une secrète et bien étrange troupe,

mais pour couper l’épais cisal,

il leur faudrait de bons ciseaux.

**********

Conjug al Départ

C’est décidé: demain j’me casse;

marre du carcan conjugal…

Plus jamais j’serai la bécasse

qui pleurait sous les coups qu’avec ce con j’eus…GO!

**********

Corral Règlements de compte

Ils sortirent vainqueurs, héros d’O.K. Corral

puis reprirent le train, chantant, aux quais choraux.

«Gunfight at the O.K. Corral» Western de John Sturges, sorti en 1957, avec Burt Lancaster et Kirk Douglas.

**********

Cristal Le prisonnier du château d’If

– Dis, t’as vu monter Christ, Al?

-Je préfère Monte-Cristo.

Al? toujours Capone, évidemment. En prison, il reçoit un journaliste. Al aurait des visions religieuses. Plusieurs prisonniers l’affirment: le célèbre gangster leur a dit que, dans ses rêves, il assiste à l’ascension du Christ.

Face au journaliste, Capone dément cette rumeur. Non, depuis qu’il a terminé la lecture du «Comte de Monte-Cristo», il se voit, en songe, possesseur des trésors du Comte.

**********

Crotal Viva Nina

Ce prisonnier modèle porte en bis crotal

tatoué sur chacun de ses beaux biscrotaux.

A Rennes, la réputation de la jeune tatoueuse Nina Rey s’est répandue jusqu’à la prison de la ville. Un détenu à la conduite exemplaire, Noël Gral, a obtenu de l’administration pénitentiaire l’autorisation de se faire tatouer deux serpents (il a vu ça dans un film) sur chacun de ses biceps.

**********

Dédal Free jazz

Le free, pour le jazz: délire et dédal

de sons. Des sol double dièse, de faux si

des coups de marteaux, aussi,

et, comme au Portugal, des fa, des do.

«N’ayez pas peur des fausses notes; ça n’existe pas» Miles Davis

**********

Daumal Le Mont -Analogue

Jouer avec toi le Grand jeu, René Daumal;

chercher au plus profond, comme un spéléologue;

te trouver, te gravir, fameux Mont-Analogue

et bivouaquer enfin, en paix, sur des dômes hauts.

 

René Daumal (1908-1944) fonda avec Roger Gilbert-Leconte «Le Grand Jeu» qui fut , dans les années 1920, un mouvement contemporain et parfois rival du Surréalisme. Daumal mourut de tuberculose (une émouvante photo nous le montre, dans son lit, nous regardant, quelques jours avant sa mort). Il n’eut pas le temps d’achever son «roman d’aventures alpines non euclidiennes et symboliquement authentiques» le Mont-Analogue.

L’humour y est présent. On appréciera particulièrement la visite de l’auteur à Pierre Sogol, professeur d’alpinisme en plein Paris, racontée avec beaucoup de verve par Daumal.

**********

 

Dical A la radio

Sur France-Info, on vous entend, Bertrand Dical.

Ferez-vous avec les chansons, des dicos?

Ses amis le présentent ainsi: «le Lacan de la canzone». A propos de la chanson, Gainsbourg parlait d’un art mineur. Bertrand creuse si profond, dans des galeries tortueuses , qu’on a parfois du mal à le suivre.

**********

Dorsal *Aguirre ou la colère de Dieu

«Vous ne me croyez pas, tas d’andouilles;

travaillez le grand muscle dorsal,

prouvez que vous avez des couilles,

car bientôt porterez des caisses remplies d’or, sots!»

Harangue du conquistador Aguirre, certain d’atteindre l’Eldorado. Il s’adresse à des hommes sceptiques, découragés, prêts à renoncer.

*Film de 1972, réalisé par Werner Herzog, avec Klaus Kinsky, «habité» par le rôle.

 

**********

Duval *Issidore Duval

Pour un certain soldat Duval

Arthur Rimbaud se fit dévot.

*SIC dans ses brouillons, Rimbaud négligeait l’orthographe.

 

**********

Eaux Question posée

par un client au chef du rayon «boissons» d’une grande surface:

«J’espère qu’il n’y a pas de dangereuses bestioles dans vos eaux?»

Editorial Belle de nuit

La nuit, en masque, elle devenait Lady Torial.

Elle affolait les hommes avec ses jeux torrides.

Le jour, elle écrivait de longs éditoriaux

sur de puissants poisons rendant les terres arides.

On connaît aujourd’hui la véritable identité de S.T., qui menait une double vie:

pour tous, c’était une journaliste de talent qui signait des articles très documentés et particulièrement virulents dans la revue «L’écolo sans vacances». Elle y attaquait l’agriculture intensive, l’emploi de pesticides, la politique des prix bas.

La nuit, elle se transformait en Lady Torial, mettait une tenue affriolante et accueillait, un loup en dentelles sur le visage, ses hôtes.

**********

Egal Faudrait p’êt’ accepter que l’Autre soit votre égal,

et rabattre, un gros peu, les humains, vos EGO.

**********

Email Lettre de Paul Verlaine

à José-Maria de Hérédia, après la parution des Trophées.

 

«José, vous mettez dans vos vers trop d’émail.

Voici donc mon conseil: «lésez mots».

**********

Emmenthal En Haute-Savoie

Il affinait et vendait l’emmenthal;

il devint le maître des aimants-tau.

L’emmenthal, fromage d’origine suisse, se fabrique aujourd’hui en Savoie et Haute-Savoie.

Gabriel Pollet-Villard, fils de Sébastien, aidait pendant les vacances son père qui dirigeait la fruitière de Cusy. Gabriel avait, à l’IUT d’Annecy-le-Vieux, suivi des cours de physique nucléaire et ingénierie électrique. Aussi doué en théorie que pour les applications pratiques, il avait conçu et réalisé l’aimant-tau (tau, non pour la forme, mais lettre grecque spécifique attachée à son invention). Il était convaincu que, grâce à ses travaux, l’autonomie des voitures électriques doublerait, d’ici 10 ans.

**********

Epinal Voyage sentimental

Sterne, en images d’Epinal

nous dit les buveurs des pineaux.

Le «voyage sentimental en France et en Italie» de l’humoriste anglais Laurence Sterne (1718-1768) a été traduit dans notre langue par le «petit romantique» Jules Janin.

A la première page de l’exemplaire d’époque que je possède (éditions Ernest Boudin) figurent les illustrations de Tonny Johannot et Jaque qui présentent les différents types de voyageurs: les oisifs, les curieux, les orgueilleux, les menteurs, les criminels …

Sterne, lui, se veut le porte-parole de Yorick, son voyageur sentimental.

Dans la préface, Janin s’amuse à nous faire croire qu’il détient un inédit: un chapitre non retenu par Sterne, au cours duquel Yorick visite, à Cognac, une distillerie offrant d’excellents pineaux.
Sterne-Janin détaille une brochette de buveurs: l’insatiable, l’esthète, le méfiant, le ravi, le découvreur, le critique, le radin…

**********

Essentiel Métaphysique

Connaîtront-ils un jour l’essentiel

les athées, les sans cieux?

**********

Etal Je m’élance dans l’air et m’y dissous (et 10 sous , c’est pas cher)

Pour quitter le sordide étal,

prenez le grand périféérique,

acceptez le monde magique

et desserrez tous les étaux.

**********

Eventail Jeune vendeur à la sauvette, le matin

Le chapeau, l’éventail

ce gamin les vend tôt.

**********

 

Exquis mal Pour celles et ceux qui aiment les Inuits

C’est un expert authentique:

avec lui on ressent un exquis mal,

car il possède une longue pratique,

le bourreau de service auprès des Esquimaux.

**********

Féal En vin: vers et Tasse

Est-ce l’effet du vin?

Douce fantaisie, je suis ton féal,

je crois aux fées, aux

mages et aux devins.

 

Annexe 3: poèmes du Tasse et d’un prédécesseur

 

Final 2023, année terrible

Aux horreurs, les Humains, mettez un point final!

L’espérer, en ces temps, c’est être bien finauds.

*********

Fondamental

Succès faramineux; progrès fondamental,

un cafetier de Montauban fonda menthe-eau.

Effectivement, D. Kurys (1864-1927), cafetier créatif, eut l’idée de verser de l’eau fraîche sur un sirop de menthe qu’il préparait lui-même.
Les clients, surtout les ados, adorèrent cette nouvelle boisson, synonyme d’été et de farniente.

***********

Gal Gal, amant de la Reine

De la Reine, l’amant -dit Gal-

alla , tour magnanime,

de l’arène, à la tour Magne, à Nîmes.

De l’art haine, les mendigots!

A Nîmes, une troupe théâtrale d’avant-garde présente un spectacle «itinérant» que les spectateurs suivent en se déplaçant: «l’amant de la Reine». C’est l’histoire d’une Reine de beauté locale qui aime en secret un prisonnier en cavale, Jules Galbatros -dit Gal-. Lui se dissimule dans un local désaffecté, annexe des Arènes. Il se rend, de nuit, chez son amante qui habite juste à côté de la Tour Magne.

Il est repéré par un vigile.

Je ne détaillerai pas davantage les péripéties tragiques qui suivent.

Le régisseur a jugé nécessaire de chasser, avec l’aide de la police municipale, SDF, mendiants, marginaux … qui zonaient sur le parcours, d’où des manifestations bruyantes, virulentes de la part des expulsés contre ce spectacle.

**********

Gal (suite) Sur la tombe du renégat

on lit: «Ci-gît Gal».

Ah, c’était pourtant un bon gars

surnommé «six gigots»!

L’auteur, Michel Vinaver, qui a écrit cette pièce sous le pseudo «Monsieur de Partiou»m’a prié d’ajouter: Gal cerné par les forces de l’ordre se suicide. Dans sa jeunesse, il fut, à la trentaine, un chef cuisinier renommé en particulier pour les six variations qu’il proposait pour la cuisson et la présentation de son gigot d’agneau.

 

 

Gall Saint-Gall

Ici, on le dit saint. Je sais un autre Gall

redouté, car cruel comme les Ostrogoths.

Dans la canton suisse d’Uri, au Moyen-Âge, un seigneur local, G. Laffrein-Gall, abominable glouton, accompagnait parfois son collecteur d’impôts. Il torturait de ses propres mains les paysans aisés qui refusaient de révéler où ils cachaient argent et victuailles.

**********

 

Germinal Zola, tu as plombé ce beau nom Germinal:

Dans ta mine malsaine erre en germe MINOS.

**********

Graal Hommage à Félix Leclerc

Recherche du bonheur: c’est ma quête et mon Graal.

Ramasser p’tits bonheurs et ne pas croire aux gros.

Aujourd’hui chanteuses et chanteurs canadiens figurent en nombre dans le panorama de la chanson française.

Dans les années 50 Félix Leclerc avec sa guitare, son accent, sa belle voix grave, s’imposa aux côtés de Brassens comme interprète et auteur-compositeur de talent: «Moi mes souliers»; «Le train du Nord» et «Le p’tit bonheur». J’étais effrayé, enfant, quand ma sœur aînée chantait «La chanson du pharmacien. »

Annexe 4. La chanson du pharmacien

 

***********

Hall Hurlevent

On lui a demandé d’attendre dans le hall:

il voulait visiter le domaine, Léo.

Septembre 2023: ouverture au public, à l’occasion des journées du patrimoine d’une réplique parfaite, en plein Jura, de Wuthering Heights.

**********

Hannibal Le silence des agneaux

Mais qu’à Hannibal

Lester?

C’est un cas: ni beau

ni leste hère.

Pourquoi ce personnage diabolique et pervers séduit-il les foules?

Sans doute dû au talent de l’acteur Anthony Hopkings , et à cette fascination du mal qui caractérise l’espèce humaine depuis la nuit des temps.

 

**********

Héliogabal Un été 61

Colo, été 61, à Cassis.

En ce temps là, je lisais *«Héliogabal».

Nous descendions la rue du jeune Anacharsis.

Les filles nous hélaient par des: «Hello, beaux gars.»

* «Héliogabal ou l’anarchiste couronné», texte d’Antonin Artaud. Mon copain Le Clézio m’en avait conseillé la lecture.

 

**********

Idéal Langage fleuri du mâle

«La vie, c’est spleen et idéal

avec Minnie des bas; avec Daisy, des hauts.»

Marc-Antoine, proxénète poète, cherche à consoler une de ses protégées, victime d’un gros coup de blues.

**********

 

Infernal Brexit

«Le brexit, un projet stupide et infernal.

Lucide et décidé, je veux, dans l’Ain faire No.»

Déclaration d’un Anglais opposé au brexit. Avant le vote, il s’est retiré à Bourg en Bresse pour marquer son désaccord.

 

**********

Journal Chers diaristes

Les *diaristes disent-ils toujours

la vérité dans leur journal?

Yes, certains jours,

mais d’autres jours, no.

 

* Ecrivains qui ressentent le besoin irrépressible de vider leurs entrailles publiquement, et d’en étaler, jour après jour, le contenu sur du papier.

Kémal Black Rondo à la Turk

Avec l’arrivée au pouvoir du sieur Kemal

La nouvelle Turquie ne connut-elle que maux?

**********

Labial Conseil aux orateurs

Pour votre confort labial

consommez que d’ la bio.

**********

 

Légal Ce que je fais n’est pas légal;

j’assouvis ma passion pour LEGO.

Réné Dupraz, magasinier chez King jouets, a découvert une astuce pour détourner à son profit des boîtes de LEGO -sa passion d’enfance qui ne l’a pas quitté.-

Par un subtile jeu d’écritures, il récupère des lots endommagés qui devraient aller au rebut.

Chez lui, une pièce entière, sous les toits, abrite sa «ville LEGO.»

On y découvre église, mairie, caserne des pompiers, théâtre, cinémas, commerces, jeux d’enfants.

Les activités humaines sont bien représentées: marchés, travaux des différents corps de métiers et même une manifestation de seniors défilant pour que soient réévaluées leur pension de retraite.

*********

Mail Rupture

«A cause d’un seul E.Mail

je vous hais, mots!»

Confidences de mon ami André Desgraines:

«Ma compagne n’a pas osé me dire en face qu’elle me quittait. Elle l’a fait par courriel.»

**********

Mal Détestables jeux de Maud

Je veux bien l’accepter: pour toi, ni bien, ni mal!

Couche avec les Sapho…mais pas les Anny, Maud.

**********

Manchot Chicago, Chicago ta da da da da…

Tu inaugures «L’Arrière-ban», dimanche, Al

en étrennant toi-même les bandits manchots.

De nouveau Al Capone. Il a décidé d’ inspecter la boîte qu’il vient d’ouvrir dans la cité des vents.Son ami, l’acteur français Adolphe Menjou lui a proposé «L’arrière-ban», comme nom de l’établissement, car par une petite porte habilement dissimulée, on accède au speakeasy. Tout Chicago connaît l’existence de ces salles clandestines réservées aux jeux d’argent, aux paris divers, au billard, au whisky de contrebande, à la fête.

Al s’ennuie; il charge deux de ses hommes «d’inviter» le pianiste de jazz Fats Waller.

On ne refuse pas une invitation de Capone.

Les jambes un peu flageolantes, Fats de retrouve devant un piano. Il enchaîne «Valentine Stomp», «The Minor Drag», «Handfull Of Keys» … et chante plaisamment…

On le récompense par un gros paquet de dollars et l’assurance qu’il bénéficiera d’un tarif de faveur sur le Whisky acheté.

**********

Maréchal Ile d’Yeu, août 1945

 

Au mois d’août, en ces lieux, vous voilà, Maréchal

Errant dans l’air pestilentiel des marais chauds.

La condamnation à mort du maréchal Pétain fut commuée en emprisonnement à perpétuité.

De1945 à 1951, l’année de sa mort, il fut détenu sur l’île d’Yeu.

**********

Marginal Elle s’en va

T’es devenu un paumé marginal

et j’suis d’celles qui en ont marre, Gino.

**********

Médicinal Décavision

Che

connais des séances l’effet médicinal:

ch’aime le cinéma, surtout mes dix cino-

ches.

Que le lecteur veuille bien m’excuser: hier, dans mon jardin, ch’ai oublié de mettre un bonnet et che me suis enrubé.

Ma mère, au cours des années 30-50 fut la secrétaire, ch’oserais dire la collaboratrice de Monsieur Fernand Reignier, directeur des deux plus anciennes salles de cinéma de ma ville: le Spendid et le Palace.

Pendant toute mon enfance et mon adolescence (ensuite, en 1958, les cinés changèrent de propriétaire et de nom), j’ai bénéficié de l’accès gratuit à ces deux salles…Ch’en ai vu et aimé, des films!

Aujourd’hui, tous les anciens cinémas ont disparu.

Place au complexe Pathé Décavision (10 salles). Malgré tout, je reste fidèle au grand écran.

 

Mental Tous prêts pour les épreuves d’athlétisme au J.O. de Paris en 2024

Nos chers athlèt’ ont un sacré mental!

Promis, provoqueront plus la risée,

ils ne prendront que drogue autorisée

et, cet hiver, mettront de chauds manteaux.

**********

Métal Controverse entre un jeune partisan des voix rauques et un trader

– Un seul son m’intéresse et je hurle son nom:

METAL

– Je préfère un tout autre refrain, pauvre ânon:

mes taux.

**********

Minéral Tobrouk 1941-42

Après tant de combats parmi le minéral,

on sait votre courage à votre mine, héros!

 

**********

Modal Le dernier dragon

Seul un air syncopé, joué disco-modal

pourrait vous effrayer, dragons du Komodo.

Naguère, quand un naufragé s’échouait sur l’île de Komodo, et qu’il était terrifié par l’aspect de cet inoffensif reptile, les rares habitants de l’île lui conseillaient d’entonner le plus fort possible leurs chants traditionnels sur des rythmes modernes.

**********

Monacal A.S. Monaco

Il demande aux joueurs un train d’ vie monacal

pour qu’ils méritent enfin leur salaire -Monaco.

Souhait de l’entraîneur de l’équipe de foot en ligue1, agacé par le comportement de ses hommes en dehors du stade.

**********

Nerval Pour toi, Labrunie

NERVAL

une crise de nerfs vaut

cette image jaunie.

Qu’elle est émouvante, la photo de Gérard, tirée au brun, à l’époque où il fréquentait la clinique du docteur Blanche!

**********

Normal Les temps changent

Tout s’écarte aujourd’hui du normal:

le temps, la vie, ce qui faisait le Monde;

partout la violence, des sentiments immondes.

Vous mêmes semblez perdre le Nord, mots.

 

**********

 

Omal L’anomalie

L’ANOMALIE, anagrammée donne L’AÎNE OMAL.

Grandi par le Goncourt, Tellier devient homme haut.

Le titre de ce roman a permis de nombreux jeux de mots, ce qui ne devrait pas déplaire à l’auteur, oulipiste de bonne compagnie, me semble-t-il.

Je me suis permis cette variation: L’anneau mal lit. (annexe 5)

**********

Oral Conseils aux futurs bacheliers

Pour bien réussir un l’oral

y vous faudra la fougue des Zorro.

 

**********

Papal Une consœur, journaliste à  Sud-Ouest, m’a écrit quelques mots concernant le sosie du pape, qui , d’après elle, aurait remplacé François, au cours de sa visite à Marseille, à l’automne 2023.

«Clone presque parfait du souverain pontife

– celui qui pense aux pauvres et aux déshérités –

(Nous, ce pape on le kiffe

disent beaucoup d’habitants des cités).

Il ressemblait…enfin avait l’air papal.

Vrai qu’il était bronzé, vivant en Aquitaine.

Le nom de la cité, je n’en suis pas certaine:

Bordeaux? Mont-de-Marsan? Tarbes?

… Pas Pau!»

**********

Pal L’entrepreneur de démolition

Léon, très en colère écrivait dans le Pal

et vidait sur Drumont le caca de ses pots.

 

Léon Bloy, pamphlétaire catholique d’une extrême virulence tira à boulets rouges dans toutes les directions, en particulier contre les catholiques français, lâches, fétides, à son goût.

Il présentait la Saint-Barthélémy comme un ratage, trop peu de protestants ayant été éliminés.

Il fulmina contre Drumont, l’auteur antisémite de La France juive:

A l’époque du «plein succès de Drumont» des «affiches qui couvrirent les murs […]représentaient le personnage, vêtu en chevalier du Saint-Sépulcre et foulant aux pieds…MOÏSE!

Les catholiques sont devenus tellement fétides qu’aucun d’eux ne s’empressa de plastronner de ses propres excréments le visage de ce Tabarin sacrilège. Cela dit tout…» Extraits de Belluaires et porchers.

**********

Parental En Egypte ancienne

Le scarabée d’or pare, en «Tal»

de très intimes rapports parentaux.

Beaucoup d’Egyptiens de l’époque pharaonique se rendirent compte que les unions charnelles entre frère et sœur pouvaient donner naissance à des enfants difformes.

Pour pallier ce risque, le couple incestueux plaçait, comme talisman, un scarabée d’or sous le lit. Preuve que l’apocope existait déjà dans l’écriture hiéroglyphique: le dessin qui dans leur langue signifiait TAL servait pour désigner un talisman.

**********

Parsifal Une nuit à l’opéra de Téhéran

Pourquoi donc ce ténor, choisi pour Parsifal

écorche notre oreille et chante en parsi, faux?

Dans la capitale iranienne subsiste un opéra qui fut très actif au temps du shah.

A l’abandon depuis le retour de Komeiny, il reprend du service avec Parsifal de Wagner. Les mollahs, qui apprécient la pure candeur du héros, sa force contenue, sa capacité à résister aux filles-fleurs ont autorisé les représentations , à condition que les paroles du livret soient traduites en parsi et chantées dans cette langue -celle parlée par la majorité des Iraniens.-

 

**********

Partial Rupture

Je trouve ton point de vue très partial;

si tu n’es pas d’accord, eh bien tu pars… Ciao!

**********

Pivot Valéry Giscard d’Estaing (Val, pour ses intimes)

Fat, et bavard comme une pie, Val

Glosait chez les Garcin, les Pivot.

 

Portal Il souffle dans un tuyau d’arrosage

et produit des gargouillis peu sages.

Garde ta clarinette, Portal

pour que ton son porte haut.

Michel Portal, excellent clarinettiste, à l’aise dans le classique et le jazz tenta à l’époque du free cette expérience: souffler dans un instrument hybride de son invention, un tuyau d’arrosage terminé par un entonnoir, qui servait de pavillon.

**********

Portail Grèves dans une raffinerie du Sud-Ouest

Les grévistes hurlaient et bloquaient le portail.

Les dirigeants trinquaient et sifflaient des portos.

**********

 

pyramidal Dans cet immense temple au toit pyramidal

se trouvent réunis tous les pir’ amis d’O.

La sortie en France d’«Histoire d’O», sa traduction dans de nombreux pays, eut pour conséquence d’exciter l’appétit sexuel de pervers du monde entier, qui se regroupèrent en sociétés secrètes. Les membres de l’une d’elles «Les amis d’O» cherchaient à surpasser, en cruauté sadique, les autres groupes. Ils se réunissaient au Mexique, dans un temple à degrés. Neuf niveaux; l’Enfer de Dante inversé. Tout en haut se pratiquaient des orgies accompagnées de sacrifices humains.

**********

Radical Les rad’soc

Sentant que le vent vire

ils quittent le navire.

«Les membres du parti radical

ne sont que des rats», dit Cau.

Jean Cau (1925-1993) écrivain, journaliste, critique, servit de secrétaire à J.P. Sartre de 1946 à 1957. Il passera du Nouvel Observateur à la nouvelle droite. Il fut un polémiste redoutable.

**********

Rail Impressions d’Afrique

Il cherchait à percer le mystère du rail…

Il mourut foudroyé par le poison, Deyraud.

Edmond Deyraud (1877-1933) écrivain, explorateur, ethnologue de talent, recueillit les confidences d’un marchand qui avait longtemps séjourné en Afrique.

Ce négociant prétendait – légende ou réalité- qu’au cœur du continent, en pleine forêt vierge, vivait une tribu particulièrement cruelle: les Zébus.

Leur chef, le Grand Zébu, tenait son pouvoir de la corne sacrée. Un mystérieux rail en mou de veau conduisait au trésor royal. Seul le chat abyssinien du Grand Zébu était capable, en se guidant sur son odorat, de conduire le chef à l’emplacement précis de la corne.

Deyreaux se rendit en Afrique. Après détours et échecs, il découvrit le repaire du Grand Zébu.

Pour prouver ses intentions amicales, il accepta de chanter, devant l’assemblée des Anciens, l’hymne zébu:

«Tout le monde y tue

y tue les charognes

y’a qu’le Grand Zébu

qui l’fait de ses pognes…»

Méfiant, le chef avait chargé son chamane de surveiller l’explorateur. Le sorcier, dévoué à son chef, rapporta ce qui suit:

«Ne lui accordez aucune confiance. C’est un espion. Notre hymne, il l’éraille en mou dévot.»

Grand Zébu décida de se débarrasser de cet étranger trop curieux.

Il fit appel au goûteur royal.

Ce dernier, grâce au procédé de Mithridate, était capable d’avaler des poisons violents, sans succomber. Seule réaction sensible: son estomac irrité réagissait et le goûteur lâchait des rôts sonores et toxiques.

Le goûteur invita Deyreaux dans sa hutte double. Deyreaux reçut un accueil chaleureux; un thé chaud attendait sur une table basse, mais le goûteur s’excusa: il avait oublié les gâteaux traditionnels dans la hutte jumelle. Il s’y rendit et avala une espèce de madeleine imbibée d’un poison qu’il avait choisi. Il revint vers l’explorateur et, faisant mine d’offrir une pâtisserie à son hôte, il éructa sur le visage du malheureux son haleine mortifère. Deyreaux s’effondra, raide mort.

 

**********

Rampal Quand on écoute en boucle flûter Jean-Pierre Rampal,

le son trop appuyé, rend *pot.

*sourd comme un pot

**********

 

Rascal *You Rascal You

L’avion piloté par un méchant rascal

descend en vrille et rase Caux.

Manœuvre ratée d’un escroc qui tente de fuir après avoir dérobé un bimoteur. Il survole la Normandie.

*Célèbre thème de jazz, qui permit des duos mémorables, en particulier celui de Louis Armstrong et du tromboniste Jack Teagarden.

En France, dans les années 50, un musicien du grand orchestre de Jacques Hélian écrivit des paroles françaises sur cette air et traduisit le titre en «Vieilles canailles». Gainsbourg s’en empara (sans préciser qu’il n’en était pas l’auteur) et l’interpréta en duo avec Eddy Mitchell.

**********

Récital Message de madame Dallosca, le 6 avril 2013

«Chéri, termine ton récital,

et pense aux prochains concerts: Ré; Citeaux.»

La femme de Rémy Dallosca, un organiste de grand talent, n’a pu assister à la dernière prestation de son mari, venu à Annecy étrenner l’orgue de la cathédrale St Pierre, après sa remise en état. Elle l’avertit par téléphone qu’il doit, de toute urgence, préparer le concert qu’il donnera en terre d’Ars (le couple possède une belle ferme là-bas) et répondre à l’invitation des moines de Citeaux -uniquement de la musique religieuse- pour célébrer les 900 ans de l’arrivée de St Bernard à l’abbaye.

**********

Régional Deux de Baumugnes

Jean le Bleu, seul maître du roman régional?

Faux, car nous connaissons les accords Rey-Giono..

Alain Rey, le responsable du dictionnaire Robert, a raconté:

«Pendant ses jeunes années, mon père passait ses vacances dans le petit bourg de St Julien en Beauchène.

Là, il fit la connaissance d’un jeune homme de son âge: Jean Giono. Ils exploraient ensemble la campagne alentour et ils découvrirent le hameau de Baumugnes. Un chemin empierré menait jusqu’à une ferme où de rudes bergers fabriquaient et vendaient leurs fromages.

Sur l’autre versant du col de la Croix-Haute, ils firent, à vélo, une randonnée et s’arrêtèrent à Lalley, village où l’écrivain situa l’action de Un roi sans divertissement.

**********

Rival (1) Il provoqua la mort, on le sait, le riz-val.

La science par ses soins, le rendit sans rivaux.

Au cœur du Piémont, dans une vallée perchée dominant la plaine du Po , le val d’Icule ( prononcer I-cou-lè) des agriculteurs produisaient une variété de riz très appréciée: Il rizzo-valle (riz-val, en français).
Un champignon parasite très toxique infecta une partie de la récolte et, vers la fin des années 50, plusieurs consommateurs perdirent la vie dans d’atroces souffrances. La presse internationale rapporta ce tragique fait divers.

Une équipe d’ingénieurs agronomes intervint. Non seulement le parasite fut éradiqué, mais ce riz devint le meilleur du Piémont.

Le Canard enchaîné du 7 janvier 1960 osa ce titre:

«Aujourd’hui, le riz d’Icule ne tue plus!»

**********

Rival (2) Antoine Girard sieur de Saint-Amant

Saint -Amant, volontiers j’accepte ton invite

avec humilité: point ne suis un RIVAL.

Pour la rime à ce mot, je me tâte et j’hésite,

puis je pose la plume et finis mes ris d’veaux.

Sonnet

Fagoté plaisamment comme un vrai *Simonnet, *nom de singe

Pied chaussé, l’autre nu, main au nez, l’autre en poche,

J’arpente un vieux grenier, portant sur ma caboche

un coffin de Hollande en guise de bonnet.

 

Là, faisant quelquefois le saut du sansonnet,

Et dandinant du cul comme un sonneur de cloche,

Je m’égueule de rire, écrivant d’une broche,

En mots de patelin, ce grotesque sonnet.

Mes esprits à cheval sur des coquecigrues,

Ainsi que papillons s’envolent dans les nues,

Y cherchant quelque fin qu’on ne puisse trouver.

Nargue: c’est trop, rêver, c’est trop ronger ses ongles;

Si quelqu’un sait la rime, il peut bien l’achever.

………………………………………………………………

Je propose: Mon ami, je choisis ces dix mots, et tu jongles.

ou: Accueille le grand Duke, et le son de ses jungles.

Duke Ellington créa, vers 1926, le style «Jungle». Les cuivres, grâce à l’emploi de la sourdine Wa-Wa semblent parler, se plaindre.

Jungle: dans une émission télé Boris Cyrulnik a affirmé que les jeunes avaient besoin de s’identifier à des héros, comme Tarzan le roi de la jungle (prononcé jongle).

**********

Roussal Les lettres A et E peuvent-elles faire échange?

A noir, E blanc, pas de couleur étrange.

Accepte ce pari, copain Reymond Roussal

et nous explorerons le monde des Rousseau.

Les Rousseau … Peut-être Jean -Jacques, mais sûrement Henri, dit «le douanier»

L’auteur de Locus Solus, s’est-il inspiré pour certains épisodes d’ Impressions d’Afrique d’un tableau du Douanier aujourd’hui disparu: «La découverte d’une forêt tropicale par l’explorateur Pierre Dupont»?

*************

Sacral Décadents

Flottait alors un air quasi sacral;

-d’autres diraient: vent coulis sépulcral-

sur la laid’triste république…

névroses, faux paradis et filles publiques…

Tu n’aimes pas ça, Cros!

Charles Cros, poète et inventeur, fut vers la fin de sa vie le contemporain des Décadents, dont l’ouvrage de référence A rebours de Karl Joris Huysmans présentait avec «Des Esseintes» une sorte de dandy maladif, bouffi de préciosités et de raffinements ridicules.

Cros , lui , préférait s’amuser avec ses copains du cercle zutique, ou avec les hydropathes ( ceux qui détestent l’eau, ce dangereux liquide qui trouble l’absinthe et accélère la rouille du fer); il rejoignit les humoristes du «Chat Noir» et écrivit des monologues ( L’homme aux pieds retournés; Le bilboquet) supérieurs à beaucoup de contes d’Alphonse Allais.

 

**********

Sérail Remakes comiques de la série Angélique

Pour jouer les maîtres du sérail

pourra-t-on retrouver des Poiret, des Serrault?

**********

 

Social A quelle sauce serez-vous mangés?

La toile? Une exécrable araigne

tisse son prétendu réseau social.

Elle vous tient, vous suce et vous saigne

puis elle vous bouffe, pauvres insectes sauciaux.

**********

Soupirail Hommage à Pierrot ou les secrets de la nuit, de Michel Tournier

Dire le clair de l’autre, aimant celui de l’une.

Le boulanger poète , depuis un soupirail

soupire aux

étoiles et à la lune.

Souvenirs scolaires: en 1958 , je devins interne dans le bahut d’une petite ville de province. Un bizutage féroce régnait, mais je me rappelle cette épreuve amusante: il fallait rédiger une dissertation d’au moins quatre pages sur un sujet fantaisiste comme la copulation des drosophiles; la culture des choux dans le béton armé ou commentez ce vers de Corneille: «et le désir s’accroît quand l’effet se recule» etc.

M’échut «Connaissant le clair de l’une, décrire le clair de l’autre.»

**********

Subliminal Au pays du soleil levant

Japonais, méfiez-vous,: message subliminal

serait dissimulé dans de sublimes Nô.

Le mensuel [caractères japonais] paraissant à Tokyo (l’équivalent de notre 60 millions de consommateurs)met en garde ses lecteurs, particulièrement ceux qui apprécient le théâtre Nô.

De grands patrons, peu scrupuleux, auraient généreusement subventionné certaines troupes pour qu’elles acceptent l’introduction, dans la musique d’accompagnement, d’imperceptibles messages publicitaires.

**********

Sumo Mes connaissances de l’Est

Le japonais, je l’ai toujours su mal:

je préférais applaudir les sumos.

Après mes études (médiocres) en langues orientales, mes parents, cadres chez Nissan France, décidèrent de m’envoyer au Japon. Ils m’inscrivirent à un institut réputé qui proposait aux étudiants étrangers d’apprendre la langue ou de se perfectionner dans sa pratique.

Je l’avoue aujourd’hui : je séchais souvent les cours pour me rendre chez des geishas ou me passionner pour des combats de sumos.

**********

 

Surréal L’isthme surréal

Breton, patron pêcheur dans l’isthme surréal,

rêvait de l’or caché, au fond des mers voisines.

Officiers et marins, en nombre se mutinent,

mais lui garde la barre et compte sur *réaux.

*Voir Boréal

 

**********

Terminal Voir Syracuse

Ne regardez pas ce terminal.

Bientôt nous apercevrons les vraies terres, minos.

Tabarly accepta d’encadrer un stage de voiles destiné à de jeunes enfants, au large de la Sicile. Evidemment, pour lui la partie port pétrolier de Syracuse ne méritait pas un seul regard.

 

**********

Thermal Pont de la Caille

 

Si vous voulez profiter de l’élixir thermal,

amis, munissez-vous de solides thermos.

Au XIX° siècle, le trajet Annecy-Genève fut écourté grâce à la mise en service , en 1839, du pont suspendu de la Caille. Il domine de 147 mètres la rivière «Les Usses » réputée pour ses truites.
Presque à l’aplomb du pont, tout en bas, sourdent deux sources d’eau chaude, sulfureuse.

Un établissement thermal vit le jour, mais difficile d’accès, concurrencé par Aix-les-bains, Thonon, Evian…il fut abandonné vers 1960 et démoli.

L’eau des sources coule toujours. De courageux cyclistes (dont je fis partie) se risquent parfois à emprunter le chemin très pentu qui mène aux ruines. En crapahutant un peu, en franchissant des pans de mur, on accède aux sources et l’on peut, dans des bouteilles isothermes, recueillir un peu de cette eau, remède souverain, paraît-il, contre les rhumatismes, les maladies de peau et la goutte.

Aujourd’hui, seuls les piétons peuvent emprunter le pont suspendu. Tout proche, un ouvrage en béton permet le passage des voitures.

 

Trail Pour respecter nos monts, désertez ce coin-trail

Faites halte au café et buvez des cointreau.

Je hais le trail -simple ou super- qui dénature la montagne, et j’offre une publicité gracieuse à une

marque fort connue de liqueur douce.

J’aurai pu suggérer la gnôle ou le génépi (puisque j’habite dans les Alpes) aux mi-trailleurs, ces spectateurs qui se placent à mi- parcours et ne regardent rien directement, puisqu’ils ont les yeux fixés sur le viseur ou l’écran de leur appareil photo.

***********

Transversal Les chemins noirs, à l’envers

Emile Petitot a parcouru la France

de Calais à Menton, voyage transversal.

Il souhaite tout noter : la peur et la souffrance,

la folie hystérique des sœurs, en transe vers Sceaux.

Géographe, cartographe, linguiste, pionnier de l’ethnographie, ce missionnaire catholique se rendit au Canada, dans la deuxième moitié du XIX° siècle pour étudier les coutumes, relever légendes et récits cosmogoniques des Amérindiens vivant dans les territoires du nord-ouest.

De retour en France, il continue sa tâche d’ethnographe. On lui signale des scènes d’hystérie collective dont sont victimes des bonnes sœurs, au couvent de la Visitation, dans la campagne proche de Sceaux.

Annexe 6: L’homme lunaire

**********

Total Un humoriste savoyard

Grâce à lui, vous irez jusqu’au rire total

car il sait raconter les blagues de Toto.

Félix Lecat, le meilleur humoriste du *Chablais?

Peut-être. Lui seul sait raconter avec l’accent et la manière les histoires de Oin-Oin, personnage cher à nos amis genevois, et celles de Toto, son équivalent savoyard.

Mais Félix peut aborder d’autres domaines. Il m’a fait la confidence suivante:

«L’été passé, on donnait, dans le petit théâtre en plein air d’Amphion (où flotte le souvenir de la poétesse Anna de Noailles) une pièce -en fait un monologue- de Valère Novarina «L’Adam d’Oche». Le seul acteur (et metteur en scène), Clément Draint expliquait, dans une notice fournie à l’entrée, qu’il avait assisté, depuis un monticule dominant le lieu, à l’ouverture de la «Foire de Crête». Celle-ci se déroule chaque premier septembre à Thonon.

Il allait en proposer une description exhaustive par 1471 phrases courtes, composées pour la plupart, d’un sujet, d’un verbe, d’un complément: «Médée la Quine ôte son béret»; « Thiénon pousse une charrette»; «Lucien à Pitaque examine une corde» ; «Gouttière vise» etc.

J’assistais au spectacle accompagné de Colette Lahy-Gnorez, une journaliste du Dauphiné Libéré, le quotidien local.

Alors que l’acteur pénétrait sur scène, nu comme un ver, un vent froid, venu du lac se mit à souffler. Je glissai à l’oreille de ma voisine:

«Oh, quelle bise au lac Léman!»

*Chablais: partie de la Haute-Savoie située sur la rive française du lac Léman, avec Thonon comme ville principale.

  •  

**********

Trivial Théophile de Viau, poète

Tout n’est pas bon chez Théophile :

il se laisse aller au trivial

à de lourdes métaphores qui filent.

Dans tes écrits, faut faire des tris, Viau.

 

**********

Vertiginal Tour de France 2023

– L’escalade du col: parcours vertiginal!

– Ineux…

– Et toi, tu n’eus jamais de vertiges, Hinault?

Un journaliste sportif qui maîtrise mal notre belle langue française commente, sur les ondes, l’ascension du Tourmalet. Après son cuir, il est repris par la consœur qui l’assiste. A ses côtés se tient également, comme consultant, l’ancien champion Bernard Hinault.

**********

Vicinal En Valois

«Enfant, j’aimais beaucoup ce chemin vicinal…

Pouvoir m’y promener avec Sylvie, Cino!»

Jusqu’à l’âge de 15 ans, j’ai habité un village du Valois, près de Mortefontaine. A l’automne, j’allais souvent, avec mon copain Cino Cataldo cueillir des champignons dans la forêt bordant un petit chemin forestier.

Depuis plus de 10 ans, j’ai quitté le Valois pour les Alpes. Je suis très amoureux de ma belle voisine , Sylvie, et je rêve de retourner avec elle dans la paradis de mon enfance.

Je compte sur mon copain , resté sur place, pour qu’il m’accueille et m’aide à retrouver les lieux que nous hantions ensemble, avec l’espoir que renaîtront, intactes, les sensations du passé et que Sylvie les partagera avec moi. .

Voilà pourquoi je lui ai écrit ces deux lignes, au début de ma lettre.

**********

Zoulipal La disparition

Leur partition paraît ésotérique;

si jamais vous croisez un zoulipal

qui connaît la musique,

demandez-lui : « que font les Oulipos?»

Association, secte, église, confrérie, mouvement? On s’interroge parfois sur la nature exacte de ce groupe littéraire rassemblant ceux qui zoulipaient.

L’église catholique compte de célèbres pères: St Augustin, St Thomas d’Aquin, Origène…

Un zoulipal, le père Hèque, se signala par la qualité des ouvrages qu’il signa. Documentaliste scientifique, il se rendit dans les années 50 au Québec.

Comme son illustre prédécesseur Emile Petitot, il s’intéressa aux langues et aux coutumes des Amérindiens encore présents dans les Laurentides. Il découvrit le lac des Aa, nommé ainsi en souvenir d’une nation indienne aujourd’hui disparue.

En bon linguiste, il fit cette analyse:

A, préfixe privatif; a, première voyelle de notre alphabet. Effectivement, le dialecte des Aa ne comportait pas cette lettre.

Germa alors chez Père Hèque l’idée d’écrire un ouvrage où la voyelle absente ne serait pas le A, mais le E.

Il réussit son pari avec une telle habileté que certains critiques trouvèrent son style bizarre, mais ne remarquèrent pas la contrainte auto-imposée.

Moyenne obtenue : 0 / 10. Nombre de votes : 0

Soyez le-la premier-ère à exprimer votre ressenti !

Partager ?

0
L'auteur-trice aimerait avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x